Pour le « vivre ensemble »

OPINION / Bonjour M. Sébastien Lévesque, Votre écrit, publié le lundi 13 janvier, est fort intéressant et très juste à mon avis. Ce cours Éthique et culture religieuse (ECR) m’a toujours interpellée. On doit respecter les religions, mais on ne peut pas les critiquer. Eh misère... Je n’en croyais pas mes oreilles, comme ma défunte mère disait.

Oui, faire une petite place à la connaissance des religions ; cependant, comme vous dîtes (et Platon l’avait déjà dit), la religion est capable du meilleur comme du pire. Et ça, il faut le signifier aux jeunes étudiants. On l’a vu à une certaine époque où l’on tuait, violait et pillait au nom du Christ ! Et ça revient aujourd’hui sous une autre forme tout aussi meurtrière, avec le groupe armé État islamique ou autres fanatiques qui se disent les « envoyés d’Allah ».

Ce que l’on doit savoir, c’est lorsqu’on recrute les immigrants, on leur dit qu’ils peuvent pratiquer leur religion en toute liberté. Toutefois, ce qu’on se doit de leur mentionner, c’est que ça doit demeurer dans le domaine du privé.

Qu’ici au Québec, l’homme et la femme sont égaux et que, par exemple, un homme médecin peut accoucher une femme, qu’on a des valeurs démocratiques, etc.

Qu’ils doivent s’intégrer à nos mœurs et coutumes pour le « vivre ensemble ».

J’ai travaillé 41 ans sur l’île de Montréal. J’ai vu le dérapage et la mainmise sur les femmes par les fondamentalistes et intégristes de confession musulmane. C’est de l’obscurantisme et on n’en veut plus de ça au Québec. On a compris.

Nos ancêtres l’ont vécu avec les fondamentalistes de confession catholique. Le clergé était omniprésent et gérait nos vies. Et la femme était une personne de seconde classe.

Il paraît même qu’elle n’avait pas « d’âme », selon certains prêtres de l’époque. Et misère...

Alors voilà.

Il va falloir baliser ce nouveau cours et que les personnes qui vont l’enseigner aient un esprit critique envers les religions et aborde les valeurs de la laïcité pour le vivre ensemble, justement.

Comme mes ami (e) s de confession musulmane me l’ont dit, le voile n’est pas religieux.

Il est politique et est imposé la plupart du temps aux jeunes filles et femmes qui le portent.

Régulièrement, lorsqu’on montre des photos de femmes musulmanes dans les médias, celles-ci portent le voile.

Mais la réalité est tout autre en Occident pour les musulmanes qui ont immigré ici ou celles qui sont nées ici.

Merci pour votre article,

Martyne Morin

L’Assomption, Lanaudière

Native d’Arvida