Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

PLQ : un manque total de vision pour les régions!

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
OPINION / Dans le dossier GNL Québec, la prise de position précipitée et improvisée du Parti libéral du Québec (PLQ), alors que le rapport du BAPE n’a même pas été rendu public, démontre un grave mépris de nos institutions et des processus qu’on s’est donnés pour évaluer les projets industriels. Il faut se rappeler que le projet de GNL Québec est soumis aux lois environnementales et de développement durable adoptées par le précédent gouvernement libéral, dont Mme Dominique Anglade et moi-même faisions partie.

Par Serge Simard, ex-député et ex-ministre libéral, et candidat à la mairie de Saguenay en 2021

Alors que les conclusions du BAPE et de ses experts ne sont pas encore connues, décider de rejeter un projet qui vise la carboneutralité pour des considérations idéologiques envoie un très mauvais message aux investisseurs étrangers et aux promoteurs régionaux. Le PLQ démontre une fois de plus qu’il n’est plus le parti de l’économie.

Le Parti libéral, depuis sa création, était le parti des grands projets qui profitent à toutes les régions du Québec. Des grands projets qui créent de la richesse pour mieux la redistribuer. La sortie opportuniste est un désaveu de l’histoire du PLQ.

Un grand projet qui aura des retombées économiques et technologiques

Le projet d’Énergie Saguenay est le plus important projet d’investissement privé au Québec. Des investissements étrangers de l’ordre de 14 milliards. Ce projet s’inscrit dans la transition énergétique mondiale et permettra de réduire les émissions de GES mondiales en substituant le gaz naturel à des énergies plus polluantes comme le charbon et le mazout. Le rejeter serait de priver le Saguenay-Lac-Saint-Jean d’un projet axé sur l’innovation qui va mener à l’implantation d’une usine 4.0 avec des emplois bien rémunérés dans une région qui cherche à se renouveler.

Le PLQ, dans sa décision, manque de vision et fait abstraction de toutes les retombées technologiques possibles du projet de GNL. Par exemple, et si on arrivait à produire du gaz naturel renouvelable à partir de biomasse forestière? Le Saguenay pourrait devenir le pôle de cette production avec la présence de biomasse en grande quantité, mais aussi en ayant les moyens d’exporter cette production à partir des installations de GNL Québec !

Le PLQ n’est plus le parti des régions

À trop vouloir incarner un renouveau, le parti renie ses racines et se dénature. Il ne rejoint plus mes valeurs et je suis déçu du manque de considération de mes ex-collègues pour le développement des régions. 85 % de la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean appuie ce projet qui va assurer le renouvellement et la vitalité de toute notre région !

Je suis d’abord et avant tout un Saguenéen et un Jeannois. Pour moi, les intérêts de ma région passent avant les considérations politiques et électoralistes. C’est pourquoi j’ai décidé de mettre un terme à mon association avec le Parti libéral du Québec, qui fait semblant de s’intéresser aux régions, mais ne nous dit pas que sa « Charte des régions » comporte un droit de veto pour le caucus montréalais.