La COVID-19 continue sa progression au Québec.
La COVID-19 continue sa progression au Québec.

Pensées pour les sangs trop chauds et les tempéraments trop latins

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
OPINION / La belle région modèle du Saguenay-Lac-Saint-Jean, comme aime le clamer haut et fort un populaire disciple de Thémis régional, est virée à l’orange. Depuis le début de la seconde vague, nos résultats sont en hausse inquiétante. Pas nécessaire d’être un grand clerc pour connaître la suite des événements. Le mur se rapproche dangereusement.

Continuez votre discours alambiqué et démagogique, celles et ceux qui se confortent dans les certitudes de la p’tite grippette saisonnière (sur quatre saisons...). On retourne lentement et sûrement vers le sommet de la courbe. Continuez de vous entretenir et de vous encourager dans vos analyses pseudo-scientifiques pour les nuls et à envoyer promener celles et ceux qui vous contestent par des « faites vos recherches ». Inutile pourtant de chercher en profondeur pour anticiper que le nombre global de décès annuels, mettons entre 2015 et 2019, sera sans commune mesure avec celui qui se profile pour l’année 2020.

Si la croissance des cas devient exponentielle avec un réel danger de débordements dans les hôpitaux, celles et ceux qui attendent, depuis déjà trop longtemps, après leur chirurgie élective et les autres devront continuer à se morfondre avec du stress à la clé. Ceux-là paient également leurs taxes santé comme vous, vous qui niez la pandémie, l’existence même du virus, ou vous qui vous croyez invincibles, allant même jusqu’à traiter les respectueux des mesures sanitaires de peureux.

Et que dire du personnel hospitalier déjà en manque d’effectifs si les cas de COVID se multiplient dans les hôpitaux? Il y a péril en la demeure. Voilà pourquoi les autorités doivent frapper durement et avec célérité. L’engeance des anti-masques, ces épris de « libarté », n’est pas éducable. On le voit déjà, ces derniers se préparent à contester les amendes, au grand bonheur des avocats.

Ces détracteurs des mesures sanitaires se sont maintenant mis en tête de nous faire compter les morts plutôt que les cas infectés, pour nous distraire de la montée abrupte de la courbe des nouveaux cas.

Voilà pourquoi la coercition au moyen du signe de « piasse » est l’avenue à privilégier. Sinon, Noël et le jour de l’An voleront en éclats ou seront remis aux calendes grecques.

Marcel Lapointe

Jonquière