L’auteur de cette lettre est l’historien et sociologue Gérard Bouchard.
L’auteur de cette lettre est l’historien et sociologue Gérard Bouchard.

Parc de la Rivière-du-Moulin: un devoir de mémoire envers les religieuses

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
L’auteur de cette lettre est l’historien et sociologue Gérard Bouchard, également professeur émérite à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Il a été titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les imaginaires collectifs.

C’est un grand privilège que de pouvoir fréquenter le parc Rivière-du-Moulin, qui est un véritable joyau. Il constitue l’une des principales composantes de l’équipement et du patrimoine de Chicoutimi. Il a aussi été adopté par la population de la ville, comme on peut le voir par son intense fréquentation en toutes saisons par des citoyens et citoyennes de toutes conditions et de tous âges.

Il offre en effet l’attrait de la nature et d’une petite faune, pour le grand plaisir des tout-petits – et des plus grands. Il se prête à l’exercice de nombreuses activités physiques allant de la marche, à la course et à la promenade sur la rivière. On peut y pique-niquer et se livrer à diverses formes de relaxation. S’y ajoutent en hiver toute une gamme de sports. Et en tout temps, il accueille les animaux domestiques – j’y ai moi-même « usé » quelques chiens à la course. Je crois cependant qu’il y manque un élément très important.

Bien des gens ignorent l’origine de cette magnifique ressource. On ne sait pas assez qu’on la doit à un geste très généreux posé par les religieuses hospitalières qui, dans les années 1970, en ont fait don à la Ville à la condition expresse qu’elle lui assigne une vocation de service public. Or, il n’y a aucune indication de ce geste remarquable aux entrées du parc. Il serait hautement souhaitable que des panneaux y soient disposés pour faire ce rappel à l’intention des usagers. Ce ne serait que justice. En même temps, on peut être assurés qu’une telle initiative, peu coûteuse, bénéficierait d’un très large consensus parmi la population.

Cela dit, il faut également féliciter notre administration municipale, qui a su respecter la volonté des donatrices. Elle a non seulement entretenu soigneusement les lieux, elle y a aussi apporté de nombreuses innovations et extensions très appréciées, toujours dans l’esprit de la vocation initiale.

Je remercie Madame la Mairesse [Josée Néron] pour l’attention qu’elle voudra bien porter à la présente requête.