«D'un autre côté, à l'occasion de Pâques, mes pensées se tournent vers le sens profond de cette fête chrétienne. Beaucoup auront deviné que je fais référence à la résurrection du Seigneur Jésus.»

Pâques et les cocos

OPINION / Il y a quelques jours en passant dans un Jean Coutu, j'ai vu des murs et des ilots remplis de poules, lapins, oeufs et autres articles en chocolat.
De toute évidence, on s'attendait à un boum de ventes pour Pâques. Moi aussi j'aime bien le chocolat, peut-être même un peu trop. D'un autre côté, à l'occasion de Pâques, mes pensées se tournent vers le sens profond de cette fête chrétienne. Beaucoup auront deviné que je fais référence à la résurrection du Seigneur Jésus.
Je sais très bien que la plupart des personnes non chrétiennes ne croient pas à la résurrection de Jésus. Comment se fait-il que les premiers chrétiens (nes) y croyaient dur comme fer ? Auraient-ils été dupés, je pense que non. Pourquoi? À moins d'être suicidaires quand notre vie est menacée, nous serions d'accord pour dire à peu près n'importe quoi pour la sauver.
Contrairement à cela, les apôtres et les premiers chrétiens (nes) ont préféré mourir plutôt que de renier leur foi dans le Seigneur Jésus ressuscité. Mourir pour un mensonge ou une histoire inventée est impensable. Non, ils ont préféré mourir plutôt que de mentir. Je souhaite pour Pâques 2017, qu'au moins, les personnes chrétiennes se souviennent du sens profond de cette fête.
Jacques André Fortin, Dolbeau-Mistassini