Oui à un nouvel amphithéâtre

OPINION / J’abonde dans le même sens que le commissaire Courteau qui prône la construction d’un nouvel amphithéâtre sportif à Chicoutimi.

S’il y a bien une infrastructure pour laquelle j’accepte d’emblée qu’on utilise mes taxes municipales et mes impôts, c’est bien la construction d’un nouvel amphithéâtre sportif et multifonctionnel. Naturellement, cette nouvelle construction servirait pour les Saguenéens de Chicoutimi dans un premier temps, mais serait aussi accessible pour l’ensemble des citoyens de Saguenay et pour ceux des villes environnantes.

C’est de plus en plus évident. On ne peut plus se permettre de faire du neuf avec du vieux. Construit dans les années 1940, le Centre Georges-Vézina n’est plus très jeune. Il a été inauguré en 1949 et a connu de nombreuses rénovations au fil des décennies. Je ne suis pas un expert en la matière, mais ce que j’observe dans mes recherches sur la durée de vie d’un bâtiment en béton, c’est qu’elle est d’environ 70 ans.

En janvier 2016, les travaux de rénovation pour le Centre Georges-Vézina se chiffraient à environ 25 millions selon une étude réalisée par Les Maîtres d’œuvre Hovington Gauthier Architectes et la firme d’ingénierie Gémel. Cette somme n’inclut pas les travaux sur la patinoire et un possible creusage pour un retour à une glace de dimension conventionnelle.

Pour justifier mon choix, je prends exemple sur la construction du nouvel amphithéâtre à Shawinigan pour un coût total d’environ 50 millions $. Cela inclut les bandes rétractables. C’est un concept de gradins et de bandes amovibles. Il faut entre 60 et 90 minutes pour faire passer la largeur de la patinoire de 85 à 100 pieds, pour lui donner ainsi des dimensions olympiques. Cette nouvelle technologie mise en place à Shawinigan permettra non seulement de repousser la bande, mais aussi une partie des gradins contenant exactement 697 fauteuils. Les bandes rétractables permettraient aussi de conserver l’ovale réglementaire pour le patinage de vitesse courte piste dans la région.

Il y a d’autres éléments qui font en sorte que nous pourrions diminuer la facture énergétique de 50 % et de 170 000 $ en chauffage par année, selon Shawinigan.

Cela permettrait aussi d’augmenter le nombre de spectateurs durant la saison régulière et durant les séries. La publicité est de plus en plus importante au niveau junior majeur et avec un nouvel amphithéâtre, ce sera plus facile d’attirer les commanditaires.

Pour ces raisons, je songe sérieusement à former une organisation citoyenne en faveur de ce projet, si la demande est au rendez-vous.

Christian Joncas, Saguenay

***

Les bateaux de croisières

De nombreux citoyens posent des questions pertinentes sur le projet des bateaux de croisière, les retombées des investissements qui ont été faits, la démarche et les études qui ont guidé ces décisions d’investissement. Un fait demeure : ce projet a exigé des investissements importants de Ville de Saguenay, et les citoyens sont en droit d’exiger des explications sur sa contribution au développement de notre ville. 

Dans le contexte actuel, je ne pense pas qu’une démarche interne d’évaluation menée par Priscilla Nemey soit appropriée et qu’une évaluation des retombées soit suffisante. Une évaluation externe et compétente serait souhaitable, et l’étude des retombées devrait s’inscrive dans le cadre d’une étude avantages-coûts permettant d’évaluer la pertinence des investissements dans ce projet et de guider les décisions d’avenir.

Mme Nemey est responsable de ce projet depuis sa création. Elle a contribué à son développement, vanté ses mérites et fait sa promotion avec efficacité en faisant valoir la croissance du nombre de bateaux de croisières et de passagers. De plus, elle a fait de l’arrivée et du départ des bateaux une attraction populaire. Malgré ses compétences dans ce secteur et l’information dont elle dispose, elle n’est pas dans une position appropriée pour faire une auto-évaluation crédible de ce projet. Une évaluation externe avec la collaboration de Mme Nemey est nécessaire. 

L’étude des retombées économiques doit s’inscrire dans le cadre d’une étude avantages-coûts du fait que Saguenay a investi des sommes importantes dans ce projet, que de nouveaux investissements seront requis pour l’entretien et la modernisation des équipements, qu’un budget annuel de fonctionnement est nécessaire et que des décisions devront être prises pour réduire ou augmenter ces budgets en tenant compte de leur contribution au développement de notre ville.

Le projet des bateaux de croisière à Saguenay est une réalité. Les investissements ont été réalisés, et il faudra poursuivre le projet avec un budget annuel de fonctionnement et des investissements réguliers. Un portrait clair est nécessaire pour permettre de prendre les décisions appropriées pour la continuité de ce projet. 

Gilles Bergeron, économiste, Saguenay