L'historienne Russel-Aurore Bouchard

Métisse et fière de l'être

OPINIONS / Je viens d'apprendre le jugement de la Cour suprême du Canada sur la reconnaissance des Métis. Ma première impression est celle d'une délivrance, celle d'un accomplissement!
Cela fait plus d'un quart de siècle que je m'évertue à dire que nous, les Métis, appartenons aux peuples fondateurs non seulement du Québec, mais du Canada et des trois Amériques. Depuis 1851, depuis la loi qui empêchait à nos mères de nous transmettre notre caractère et notre fierté identitaire, nous voilà enfin de retour dans la grande maison. Le septième feu est allumé et nous allons définitivement prendre la place qui nous revient dans l'Histoire des peuples qui ont construit et participent dans l'humanité. C'est extraordinaire! La lueur au bout de ce long tunnel.
Je dédie ces premiers mots à mes aïeules Adélaïde Matshiragan,
Madeleine Kukuminash, Alexandrienne McKenzie et Marguerite St-Onge
Soyez assurées, grands-mères, que nous ne vous oublierons pas...
Russel-Aurore Bouchard