Métaux BlackRock: d’excellentes possibilités de maximisation économique pour la région

OPINION / Métaux BlackRock prévoit opérer une mine à Chibougamau, en transporter le minerai à Grande-Anse pour en extraire de la fonte de fer, du titane et du vanadium, afin de livrer ces métaux à ses clients par chemin de fer ou par la voie maritime du Saguenay.

L’investissement requis est de plus d’un milliard de dollars (un tiers pour la mine et deux tiers pour la fonderie) et créera 175 emplois permanents directs à Chibougamau et 277 à Saguenay. Le salaire brut moyen des emplois prévus à Saguenay est de 83 000 $ par an.

Le projet a reçu ses approbations environnementales finales et son lancement officiel est attendu sous peu.

La phase de construction du projet à Chibougamau et à Grande-Anse sera une importante source de contrats potentiels pour nos entreprises régionales. Métaux BlackRock estime que 25% des 1 130 200 000 $ qui seront nécessaires à la construction du projet seront octroyés à des entreprises du Saguenay-Lac-Saint-Jean, soit un potentiel de retombées économiques directes de 282 550 000$ pour la région. Le chantier devant s’échelonner sur 1,5 an, c’est donc une moyenne annuelle de 188 366 667$ de retombées économiques régionales qui est à prévoir.

Trois pistes prometteuses de maximisation du projet
Les produits de Métaux BlackRock, le vanadium, la fonte de haute pureté et le titane, sont des éléments qui entrent comme additifs dans la fabrication de nombreux procédés, notamment en métallurgie. La disponibilité de ces produits dans la région pourra donc conduire, si on en fait réellement une priorité, à la fabrication de nouveaux produits à valeur ajoutée. En effet, en plus des importantes retombées directes de construction/opérations liées au projet, trois excellentes autres possibilités de maximisation régionale des activités de Métaux BlackRock sont à portée de main:

A) Les procédés de raffinage visant la production, par Métaux BlackRock, des trois nouveaux produits généreront une chaleur résiduelle de haute température. Il conviendrait de s’assurer de mettre cette chaleur à la disposition d’utilisateurs potentiels, et ce, à des coûts très compétitifs. Au préalable, il faudrait cependant caractériser cette chaleur, notamment en termes de quantité, de régularité de production, de gradient thermique récupérable et de coût de récupération. Ceci permettrait d’en évaluer les meilleures possibilités de mise en valeur : production énergétique, aquaculture, serres, production de biocarburants, etc. Il serait aussi pertinent d’étudier l’utilisation potentielle combinée de la chaleur générée par les opérations de Métaux BlackRock et par celles du futur projet de GNL Québec.

B) Des impacts positifs sont probables sur les activités de l’entreprise Fonderie Saguenay. Celle-ci pourra abaisser ses coûts de production d’alliages ou ajouter à sa gamme de produits métalliques des alliages comprenant du vanadium, de la fonte de haute pureté ou du titane.

C) Considérant les avantages révolutionnaires des nouvelles piles/accumulateurs au vanadium, il est à prévoir que la demande pour ce genre de produit sera très forte.

L’implantation dans la région d’une filière de production de composantes de batteries au vanadium devrait donc rapidement faire l’objet d’une étude de faisabilité, surtout en tenant compte que la fonderie de vanadium de Métaux BlackRock sera unique en Amérique du Nord.

Les importantes retombées de construction/opérations du projet, ainsi que la concrétisation des trois possibilités de maximisation régionale de Métaux BlackRock renforcent encore la pertinence économique de ce projet des plus stratégiques pour la région, particulièrement en cette période de relance économique post-COVID-19. Il n’en tient maintenant qu’à nous de concrétiser les intéressantes possibilités que recèle le projet visionnaire de Métaux BlackRock!

Roger Boivin

Président de Groupe Performance Stratégique