Merci beaucoup, M. Couillard

OPINION/ Maintenant que la poussière est retombée sur les résultats de l’élection de lundi et que l’esprit partisan excessif de la campagne électorale s’estompe petit à petit, il convient de jeter un regard positif sur ceux et celles qui, à tort ou à raison, ont été mis à l’écart de la vie politique lors du scrutin de lundi.

M. Couillard, qui a été député de Roberval tout en portant le prestigieux titre de premier ministre, mérite nos remerciements les plus sincères et notre profonde reconnaissance pour l’ensemble de son travail.

Ce sont tous les citoyens et toutes les citoyennes de la région, et particulièrement du comté de Roberval, qui ont profité de cet honneur de prêter au Québec l’un des leurs, à titre de premier ministre.

C’était la première fois que nous avions cet honneur dans la circonscription de Roberval et sans être prophète de malheur, j’admets qu’il sera difficile d’atteindre un alignement des astres qui nous fournisse cet honneur une nouvelle fois.

Votre bilan politique, M. Couillard, vous survivra encore longtemps et notre reconnaissance collective vous est acquise à jamais. Vous avez été un très bon premier ministre, et même si certaines de nos divergences d’opinions n’ont pas contribué à nous rapprocher, l’ensemble de l’oeuvre provoque mon plus grand respect à votre endroit.

Ayant été moi-même député de ce comté à Québec et à Ottawa pendant 21 ans, je suis à même de comprendre les sacrifices considérables que vous avez consentis au service de vos électeurs et électrices, et c’est pourquoi je tenais à vous en remercier publiquement, devant toute la région.

Merci beaucoup, M. Couillard, et que l’avenir soit bon, à la hauteur de votre mérite.

Michel Gauthier

Ex-député de Roberval

Montréal

OPINION/ Fruit mûr

Il ne faut pas se leurrer : le nouveau gouvernement ramasse un fruit mûr qui est le résultat d’efforts inouïs de l’ancienne administration. Il fallait avoir du courage politique pour couper dans le gras et sortir l’État d’un déficit de 3 milliards $, et de 800 millions $ cachés et non comptabilisés. Les moeurs politiques sont bizarres; quelle vague de mécontentement ! Lafontaine avait raison : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés ». Il fallait écouter les journalistes de ce propriétaire des Laurentides, qui jubile aujourd’hui.

Pour ce qui est de Jean-François Lisée, que je qualifie de génie, il savait très bien que l’indépendance était une cause perdue. Un résultat de neuf députés, un de moins que QS,

Faut le faire ! Il faut se rendre à l’évidence : l’option séparatiste est morte et il faudra canaliser nos forces à bâtir un Québec fort dans un fédéralisme fort.

Je n’abandonne pas pour notre État du Québec. Mais il faut construire, il faut attirer des entreprises et créer de l’emploi, et tout cela dans des programmes sociaux du centre droit. Le gouvernement gère l’argent du peuple, il n’imprime pas de l’argent telle l’option créditiste du temps de Réal Caouette ! Pour ce qui est des fake news, allez sur le site de Statistique Canada et sur celui du Québec, vous verrez que le gouvernement verse presque 63 milliards au Québec et le Québec verse environ 42 milliards, pour une différence positive de 21 milliards. Ajoutez environ 11 milliards de préréquation, et vous aurez 32 milliards de surplus. Ne me croyez pas sur parole, faites vous-même le calcul.

Vous, les jeunes, ne vous leurrez pas ! Exigez de l’éducation presque gratuite ; exigez un fonds des générations bien garni ; exigez des programmes de soutien pour la santé tout de suite.

En dernier lieu, chapeau à M. Couillard pour avoir eu cette force mentale politique. Vous avez sorti le Québec de l’ornière et vous en payez le prix. Maintenant, donnons la chance au gouvernement caquiste de construire un Québec rentable et libre ; un État prospère du monde moderne.

André Tremblay B.A., Phd

Saguenay