Mener Arianne Phosphate à bon port

OPINION / Nous avons peu entendu parler de la minière Arianne Phosphate depuis qu’elle a obtenu en octobre 2018 le feu vert d’Environnement Canada pour la construction d’un terminal maritime d’exportation sur la rive nord du fjord du Saguenay. On se souvient que le mouvement d’opposition initié par le Collectif de la Batture n’avait pas réussi à bloquer le projet malgré une campagne de sensibilisation portée littéralement à bout de bras avec pancartes, affiches et distribution de tracs sur le terrain.

Leur opposition n’était pas dirigée contre la minière elle-même, bien sûr, mais contre ce troisième port en eau profonde qui plomberait une partie du fjord alors qu’il existe des solutions de rechange pour l’exportation de la ressource. Puisque les travaux n’ont pas encore débuté sur l’emplacement prévu entre Saint-Fulgence et Sainte-Rose-du-Nord, il me paraît utile de revenir sur le sujet.

Comme la mine du Lac-à-Paul d’Arianne Phosphate est située à quelque 200 km au nord du fjord, une première alternative consiste à profiter de la nouvelle ligne de chemin de fer entre Dolbeau-Mistassini et Baie-Comeau qui pourrait être prête en 2024. Une étude de faisabilité du fédéral à ce sujet est en cours. Par crainte de tout perdre au profit de la Côte-Nord, les élus du Saguenay–Lac-Saint-Jean sont malheureusement partis en guerre contre la perspective de cette voie ferrée dans l’axe est-ouest.

Plusieurs citoyens sont pourtant d’avis qu’il faudrait plutôt y voir une occasion de coopération fructueuse entre les deux régions voisines, en termes d’emplois créés et de retombées économiques. Car le Saguenay–Lac-Saint-Jean serait encore la mieux placé pour fournir une partie de la main-d’œuvre nécessaire à la construction à la fois du chemin de fer et des installations d’Arianne Phosphate. Tout indique que la Côte-Nord et notre région se partageraient la majeure partie des retombées positives de ces deux grands chantiers. Les postes permanents prévus au terminal lui-même ne représentent qu’une fraction du millier d’emplois que l’entreprise prévoit créer.

Le transport par train représenterait une énorme économie de temps et de carburant pour Arianne Phosphate, en même temps qu’un gain important pour l’environnement. Le concentré de phosphate du Lac-à-Paul n’aurait plus besoin de parcourir 200 km vers le sud par camions hors-norme pour aboutir au port de La Baie, naviguer ensuite sur une distance de 100 km dans le fjord, et 165 km additionnels pour remonter le fleuve jusqu’à Baie-Comeau !

Si Arianne Phosphate ne veut pas compter sur un nouveau corridor ferroviaire est-ouest, ou si celui-ci ne se concrétise pas, la seconde alternative consiste à transporter le minerai directement au port de Baie-Comeau au moyen des mêmes camions prévus pour le Saguenay. Advenant que les chemins forestiers ne soient pas en nombre suffisant, Arianne Phosphate ne devrait pas avoir de difficulté à obtenir les autorisations nécessaires pour compléter ce parcours dont d’autres entreprises pourraient aussi bénéficier.

Notre industrie du bois d’œuvre, toujours en quête de justifications pour effectuer des coupes d’arbres matures, serait ravie de mettre la main à la pâte pour une si bonne cause...

Les promoteurs d’Arianne Phosphate semblent n’avoir jamais sérieusement envisagé ce second scénario pour des raisons politiques et pratiques. Leur projet a été conçu pour plaire aux élus, gens d’affaires et gestionnaires de l’Administration portuaire de Saguenay à une époque où l’utilisation du fjord comme canal industriel semblait encore aller de soi. En outre, il est plus facile de recruter de la main-d’œuvre dans une zone plus densément peuplée comme la nôtre.

Les mentalités ont cependant beaucoup évolué en peu de temps. Moins de gens sont disposés à voir leur environnement sacrifié au développement économique, surtout quand il est possible de concilier l’un et l’autre avec un minimum de bonne volonté. Il suffirait dans le cas présent de miser davantage sur l’entraide que la compétition avec nos plus proches voisins.

Clément Fontaine

Chicoutimi