Marche solidaire

Je lance un appel à tous!

Je me présente, mon nom est Nathalie. Je suis enseignante pour la CSLSJ, mais je suis aussi une maman qui, comme plusieurs, se retrouve dans l’embarras de devoir se trouver un plan B pour faire garder ma petite fille. Je travaille dans le domaine de l’éducation et je suis de tout cœur avec les éducatrices qui, je crois, ont fait le maximum dans la mesure du possible. Nos garderies sont fermées depuis déjà lundi et le changement ne semble pas pour demain. Je parle ici en tant que parent et maman utilisatrice du service de CPE qui doit vivre dans l’angoisse profonde de devoir trouver des solutions. Il y a des parents, tout comme moi, qui n’ont pas les ressources nécessaires pour prendre soin de leurs enfants et qui, pour certains, n’ont pas de stabilité dans leur emploi ne leur permettant pas de prendre des congés. Le retour de la relâche se fera bientôt et la question qui demeure est: « Qui gardera notre enfant ? »

J’ai décidé d’agir et de créer un groupe dans le but de recruter le plus de parents pour effectuer une marche solidaire en appui aux éducatrices qui ont utilisé le maximum de ressources qu’elles pouvaient. Maintenant, c’est à nous les parents, les acteurs importants et usagers principaux de la garderie, nous sommes le noyau central, nous devons nous rassembler pour ainsi former un mouvement de solidarité en appui aux éducatrices de la région. Si rien ne change, il y aura de lourdes conséquences économiques pour le parent et des pertes d’emplois assurées. Je pense que les répercussions seront grandement plus graves que les conséquences de signer les deux points qui n’engendrent, sachez-le, aucune incidence monétaire.

La marche aura lieu ce dimanche 11 mars dès 10h. Le lieu de rendez-vous sera le Pavillon Wilbrod-Dufour à Alma.

Nathalie Bernard

Alma

La région dans la région

C’est chez moi, je vis dans cette région qui est dans la région du Royaume du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Vous savez ce coin de pays si merveilleux qu’on l’appelle un royaume! Ce coin de pays si chaleureux pour tous les touristes, pour sa culture, et ses gens chaleureux. Moi, je profite à cette région en achetant dans ses boutiques, ses marchés, en travaillant dans ses villes, en envoyant mes enfants dans ses écoles (je paie même mes taxes scolaires à une de ses municipalités). Mais je n’en fais pas partie puisqu’au dernier découpage ministériel, nous avons été mis à part de la ville de Saguenay. 

Mais n’oublions pas que nos enfants vont dans leur école, leurs cégeps, leur université. Que ma nourriture et mes vêtements sont aussi achetés là. Alors moi, idéaliste que je suis, je croyais que dans notre magnifique région nous étions tous égaux! Et que miser sur nos enfants et la famille était notre priorité. Et que la culture était pour tous, vous avez bien entendu POUR TOUS. Eh bien non! Nous n’y avons pas droit!

Sauf en la monnayant au coût de 50 $/personne pour avoir la Carte Accès Saguenay et aucun forfait familial; calcul pour une famille de deux adultes et deux enfants : 200 $, et plus pour le troisième enfant, plus pour le quatrième, et encore plus pour les suivants. N’oublions pas, on favorise la famille. Alors pour ces familles qui n’en ont pas les moyens, pas de bibliothèque publique et ses activités, pas de spectacle à la Zone portuaire et aucune activité culturelle et familiale, et puis, ce sera les accès au parc comme celui de Rivière-du-Moulin qui nous sera refusé (peut-être que certains services le sont déjà, comme la location de canot). Vive la ségrégation culturelle !

Et n’oublions pas notre beau service de transport en commun. La municipalité est fière de nous offrir son service privé trois fois par jour, le matin, le midi et à l’heure du souper, qui nous rend 8 kilomètres plus loin (oui, 8 kilomètres), où nous prenons le transport en commun de Saguenay. 

Conséquemment, nos pauvres étudiants doivent payer deux cartes d’autobus. Nous ne sommes même pas capables de nous accorder pour un seul frais! Et n’oublions pas la course effrénée pour racheter la carte de la STS, puisqu’aucun commerce de notre municipalité ne veut en être le dépositaire.

On existe pour faire tourner votre économie avec nos sous, mais nous sommes la région dans la région! Vos voisins pauvres.

100 % Saguenéenne dans le cœur, mais ne faisant pas partie de la ville, ni du Lac-Saint-Jean (je l’ai dit, la région dans la région).

Guylaine Girard

Saint-Ambroise