Le Dr Dany Harvey

L'importance d'un allergologue

OPINION / J’ai aujourd’hui 60 ans. Je souffre de dégranulation mastocytaire ou mastocytose (trouble immunitaire rare) depuis ma petite enfance. Je suis aussi atteinte de sclérose en plaques, autre maladie auto-immune qui doit être prise en considération dans mon plan de traitement de la mastocytose (et la mastocytose dans celui de la SEP).

Mon tableau clinique est très atypique. Je présente des allergies et/ou des intolérances à certains médicaments, aliments, produits de conservation, colorants, arbres, graminées et allergies croisées. Le suivi de ma problématique nécessite des contrôles réguliers et des ajustements de la médication et des visites chez un allergologue.

Depuis la prise en charge de mon dossier, il y a quatre ans, par le Dr Harvey, en collaboration avec le Dr Boursiquot (Québec) et ma neurologue (Chicoutimi), je suis enfin soulagée significativement de mes symptômes allergiques. La qualité et l’accessibilité à une clinique de proximité améliorent ma qualité de vie. Déjà que la gestion des symptômes associés à la sclérose en plaques représente pour moi un défi au quotidien, l’éventualité d’avoir à me déplacer à Québec pour voir un allergologue est une source de stress supplémentaire. Stress qui ne peut qu’aggraver ma condition médicale.

Je comprends la problématique du service de pédiatrie du centre hospitalier d’Alma, les règles du PREM et du CIUSSS.

Je demande que les besoins des personnes allergiques ou qui souffrent d’autres troubles immunitaires priment toute autre considération du système de santé. Une solution acceptable pour les patients et tous les autres intervenants dans ce dossier existe. Soyons créatifs !

Monique Routhier

Alma