L’heure juste sur les croisières

OPINION / En réaction à la chronique de Roger Blackburn intitulée Le Queen Mary 2 moins populaire, publiée le 11 septembre dernier.

Mon cher ami pêcheur, cher Roger.

Après avoir lu ta récente chronique sur la diminution de l’achalandage, l’accueil et l’investissement du quai des croisières à La Baie, j’aimerais te raconter une histoire de pêche… Mais avant, je vais revenir sur des éléments de ton article qui contribuent à entretenir le cynisme à l’égard du projet des croisières. En plus, ta chronique alimente la frustration des Baieriverains qui entendent qu’ils ont été trop gâtés et que c’est assez. En passant, ce n’est pas de notre faute si l’eau profonde arrête à La Baie !

En ce sens, voici les faits : le projet des croisières a nécessité des investissements de plus de 55 millions qui ont été subventionnés à plus de 70 %. Ce projet a fait l’objet d’une stratégie maritime québécoise et canadienne afin de soutenir une balance commerciale déficitaire en matière de tourisme. Le port de La Baie a contribué à faire croître l’achalandage dans cette industrie importante pour l’Est du Canada. L’investissement a permis au secteur de Bagotville de se refaire une beauté avec des investissements majeurs et taxables qui sont une source de revenus pour Saguenay maintenant.

Contrairement à la gêne prétendue de voir les bénévoles de La Fabuleuse accueillir les touristes, je constate plutôt une grande fierté d’être un port accueillant et récipiendaire de nombreux prix internationaux. En passant, les croisiéristes comprennent très bien que c’est du spectacle.

Quant aux dépenses exposées de 1,3 million par année pour supporter l’investissement et les dépenses, il serait honnête d’ajouter que les droits d’accostage rapportent entre 5 $ et 10 $ par passager, soit entre 600 000 $ et 900 000 $, et que l’augmentation de la valeur des résidences et commerces du secteur génère plus d’un million de taxes en nouveaux revenus par rapport à il y a 15 ans. L’industrie touristique et le commerce profitent également des retombées.

Pour la baisse d’achalandage de la population locale, elle est directement liée aux coupes en activités et publicités de l’administration municipale actuelle, qui était contre ce projet à la base. Tu devrais te montrer critique à cet égard !

En terminant avec mon histoire de pêche, sache que l’industrie lourde de la région a été développée par des touristes venus à la pêche, au Château Roberval. Sans la pêche à la ouananiche, nous serions peut-être une région comme les autres au lieu d’un Royaume. On peut se permettre un parallèle avec cette histoire et comprendre que les croisières offrent une fenêtre sur le monde entier avec près de 100 000 personnes par année qui n’auraient jamais mis les pieds ici. On appelle ça du marketing international. Espérons donc qu’un nouvel Arthur Vining Davis fasse partie du lot afin de relancer une région qui en a grandement besoin.

À plus, mon ami.

Luc Boivin

Ex-conseiller municipal de Saguenay

La Baie

+

PAS LE DROIT D'ÊTRE INDÉCISE

Les élections fédérales arrivent à grands pas et je m’inquiète du résultat du vote que nous aurons. Comme plusieurs personnes semblent être indécises, cela m’interpelle et m’inquiète.

Pensez-y… Le 21 octobre prochain, si les gens n’exercent pas leur droit de vote, qu’arrivera-t-il ? Une forte abstention risque de mettre un gouvernement majoritaire conservateur au pouvoir. Souvenez-vous des dix années passées sous leur pouvoir…

Ce que je trouve encore plus inquiétant, c’est la brochette d’hommes de droite actuellement au pouvoir. Imaginez-les ensemble, près de nous, les Scheer, Ford, Legault. Juste un peu plus loin, Scheer, Trump, Bolsonaro, et j’en passe. Mesdames, qu’adviendra-t-il de nos droits et libertés, pour lesquels nous avons travaillé si fort ? Allons-nous faire un retour en arrière de plusieurs décennies et voir nos droits, comme l’avortement et l’équité salariale, menacés ?

En tant que femme, je ne peux pas être indécise si je veux conserver et élargir mes droits et mes pouvoirs.

Messieurs, pensez à vos filles ! Alors me voici ici aujourd’hui à vous dire, mesdames, messieurs, le 21 octobre que je voterai stratégiquement afin de conserver mes droits !

Chantal Ouellette

Laval