Jean-Yves Nadeau

L'heure de prendre position

En 2013, à deux reprises, vous avez estimé que les opposants au projet de minicentrale hydroélectrique à Val-Jalbert auraient avantage à concentrer leurs énergies en préparant un mémoire dans le cadre du débat public sur l'énergie qui se déroulerait dans les prochains mois. «Le débat devra se faire à cette occasion, à savoir quelle est la pertinence ou non d'implanter des petites ou grosses centrales hydroélectriques sur l'ensemble du territoire», affirmiez-vous. C'est ce que nous avons fait. Nous avons joué le jeu démocratique et présenté des mémoires sérieux, étoffés, malgré le début des travaux sur le chantier (de Val-Jalbert).
Le rapport sur l'avenir énergétique, intitulé «Maîtriser notre avenir énergétique, pour le bénéfice économique, environnemental et social de tous», vient d'être rendu public. Il nous donne raison sur plusieurs points évoqués lors de notre bataille citoyenne, notamment: Hydro-Québec doit absolument réviser ses façons de faire en tenant compte du nouveau contexte énergétique nord-américain (surplus électriques et faibles prix à l'exportation); la stratégie axée sur la construction de nouveaux projets (dont les ouvrages hydroélectriques) est ruineuse pour le Québec (plus d'un milliard $ par année); la différence entre les prix d'achat et le prix de vente entraîne un déficit qui devra être assumé par les consommateurs via des hausses importantes de tarifs; le gouvernement doit étudier sans délai l'opportunité de suspendre tout nouvel investissement dans l'augmentation de la capacité de production d'électricité et les contrats d'approvisionnement en petite hydraulique pour les infrastructures non encore construites; l'exercice de classification des rivières patrimoniales, amorcé dans les années 1990, serait sain et encouragerait l'investissement à des fins récréotouristiques ou de conservation pour les générations futures.
Quoi qu'on en dise, lors des dernières élections municipales, le candidat libéral dans Roberval, Philippe Couillard, a reçu une «commande» politique avec les résultats de la consultation citoyenne de la MRC Maria-Chapdelaine afin de ressusciter le projet de centrale à la 11e chute sur la rivière Mistassini. Sa réponse est connue : il est en faveur et se montre déterminé à en assumer les conséquences politiques. Mais qu'en est-il de votre position ?
Comme en février 2013, êtes-vous toujours contre la poursuite d'un programme de petites centrales hydroélectriques au Lac-Saint-Jean, même s'il privilégie la forme communautaire de propriété, alors que votre première ministre et votre formation politique maintiennent le cap avec la production actuelle de surplus énergétiques? Êtes-vous pour ou contre les constats et recommandations contenus dans ce rapport? Pour ou contre la classification des rivières qui permettrait, finalement, la désignation d'un statut d'aire protégée permanent ou de rivière patrimoniale pour la rivière Ashuapmushuan, comme vous l'avez souvent promis ?
Nous avons été patients, respectueux de l'exercice démocratique auquel vous nous aviez conviés. L'heure des choix a sonné. À l'approche des élections générales, c'est maintenant à vous de nous dire à quelle enseigne vous logez.
Jean-Yves Nadeau
Coalition pour la sauvegarde de la Ouiatchouan
Pierre Leclerc
Fondation Rivières