Les faits, prise 2

OPINION / Afin de rétablir encore une fois certains faits quant à notre projet, voici de l’information que vous pouvez retrouver dans les études publiques existantes.

Premièrement, il est important de mentionner que le phosphore (P) est un élément indispensable à la vie. Il n’y a aucun substitut connu à ce jour.

Environ 85 % du phosphore de l’organisme est situé au niveau des os et des dents dont il assure la solidité, en association avec le calcium.

Le phosphore est aussi essentiel pour :

• le processus de la photosynthèse ;

• le métabolisme des sucres ;

• le transfert et le stockage d’énergie ;

• la division et la croissance cellulaire ;

• la transmission de l’information génétique.

Quelque 87 % du marché mondial du phosphate (P2O5) est voué à la fabrication d’engrais, 7 % pour l’alimentation animale et 6 % pour d’autres usages tel que la consommation humaine.

Aucune mine de phosphate n’est en opération au Canada. Ceci veut dire que toute la consommation canadienne (1,2 M tonne/an) est approvisionnée par des fournisseurs provenant majoritairement d’Afrique du Nord.

Les résultats des essais effectués dans les laboratoires du COREM démontrent que Arianne produira un concentré de phosphate de très haute qualité, contenant peu de contaminants. Par exemple, le Cadmium ainsi que l’Uranium sont près ou sous la limite de détection, contrairement aux concentrés en provenance de gisements sédimentaires.

L’utilisation de l’hydroélectricité a été optimisée pour limiter la production de gaz à effet de serre, ce qui place le projet d’Arianne en tête pour son empreinte environnementale limitée face aux autres producteurs de phosphate de la planète. Ceci est un excellent exemple de ce que veut dire agir localement, penser globalement. Chaque tonne de concentré qui sera livrée évitera l’utilisation d’une tonne de concentré de phosphate plus polluant venant d’ailleurs. Nous en sommes très fiers.

Pour le transport de notre concentré vers nos clients, l’utilisation des navires est le moyen le plus écologique et économique pour déplacer ce matériel en vrac.

Les installations projetées par notre partenaire, Port Saguenay, ont nécessité 3 années et demie d’étude et de planification pour se terminer avec une autorisation fédérale. Il sera financé par des fonds privés dans le cadre de la réalisation de la mine.

Pour de l’information factuelle et véridique, je vous invite à regarder et lire les études déposées par Port Saguenay. Vous pourrez ainsi constater que le quai sera construit en bordure de la rive nord du Saguenay, ce qui limitera à 70 mètres son empreinte dans la rivière.

Le Projet d’Arianne est complètement autorisé par les deux paliers du gouvernement. Pour les mois à venir, nous poursuivrons fièrement la planification de sa construction afin de mettre en fonction les seules installations de production de concentré de phosphate au Canada, entièrement alimentée par l’hydroélectricité, tout cela au bénéfice des gens de notre région pour plusieurs décennies à venir.

Jean-Sébastien David

Chef des opérations, Arianne Phosphate