Les bons coups de l’administration municipale

OPINION / Voici, selon les dernières données, les principaux points favorisant l’actuel conseil de ville de Saguenay. Notez que j’ai lancé un défi à l’Association des citoyens de Saguenay (ACS) via Facebook, demandant à sa présidente et/ou à ses membres de nous nommer un seul bon coup de Mme Néron et de son équipe, le tout sans aucune réponse. Cette association, dès lors, démontre son flagrant manque d’objectivité, et ne mérite pas toute l’attention qu’on lui accorde.

1 — Coupes à Promotion Saguenay et redéfinition de son mandat ;

2 — Séances du conseil le soir, diffusées en simultané ;

3 — Périodes de questions plus flexibles ;

4 — Implantation d’une nouvelle période de questions sur l’ordre du jour au début des séances ;

5 — Arrêt des pubs autogratifiantes dans les journaux, TV, etc. ;

6 — Publications régulières et locales des avis, appels d’offres, règlements, etc.

7 — Implication plus libre des conseillers autour de la table (dixit Marc Pettersen : « Enfin, on peut s’exprimer ! ») ;

8 — Meilleur budget pour la réfection et l’asphaltage des rues ;

9 — Meilleur budget pour le déneigement ;

10 — Achat de nouveaux équipements mobiles, une nécessité ;

11 — Ralliement (abandon du PCS) de Michel Tremblay, pour une économie de 250 000 $ ;

12 — Rejet de la prime de transition par la mairesse, pour une économie de 150 000 $ ;

13 — Coupes cumulatives de 16 millions $ depuis 2017 dans l’administration générale ;

14 — Régime-minceur au bureau de la mairesse, en personnel (et en salaires) ;

15 — Réparation urgente du toit du Centre Georges-Vézina ;

16 — Achat pour 1 $ du terrain de la Consol ;

17 — Arrêt des nouveaux projets de construction domiciliaire ;

18 — Fin de la « politique » des procès perdus d’avance ;

19 — Acceptation du projet de centre multisport à Jonquière ;

20 — Fin de la fumisterie de la charge fiscale ;

21 — Meilleur budget pour les infrastructures aqueduc – égouts

22 — Implantation (à moindre risque et coût) des bacs bruns

23 — Abolition de 4 postes de conseiller (e) s votée par JT, mais refus de l’appliquer ;

24 — Redéfinition du rôle du conseil exécutif ;

25 — Nouveau centre de tri à rebâtir et inclus dans le plan triennal ;

26 — Redéfinition du régime des budgets discrétionnaires ;

27 — Plus de flexibilité dans les requêtes d’accès à l’information avant d’aller à Québec ;

28 — Évaluations plus précises reflétant mieux les réelles valeurs des immeubles selon les marchés ;

29 — Dans les circonstances, meilleur budget depuis la fusion en 2002 ;

30 — Reconnaissance de l’arrondissement historique d’Arvida par Québec ;

31 — Annonce de deux incubateurs, numérique à Chicoutimi et industriel à Jonquière ;

32 — Reprise par Mme Néron du rôle de leader régional et présence active aux tables de discussions ;

33 — Procès-verbaux des commissions maintenant disponibles sur les sites Internet ;

34 — Le conseil se réunit maintenant une demi-journée par semaine en séance de travail ;

35 — La préparation du budget se prépare maintenant avec tous les conseiller (e) s ;

36 — Nouvelle amorce d’un exercice de planification stratégique ;

37 — Une rotation a été instaurée dans l’octroi des contrats professionnels ;

38 — Création de plusieurs réserves financières (pour éviter les fortes hausses subites de taxes) ;

39 — Création du nouveau comité sur le patrimoine ;

40 — Réforme du soutien aux organismes ;

Les 29 premiers items proviennent de mes propres recherches et souvenirs. Les autres viennent des cabinets de la mairesse et de l’ERD. Incidemment, je vous suggère, après l’avoir lu, d’en refaire la lecture, en faisant cette fois un lien avec l’ancienne administration. Vous constaterez alors que la majorité des éléments font suite à des déviances, « oublis », ou carrément refus de corriger.

Donc, pas d’autres choix : gros bravo à Josée et tous les membres du conseil. Et on peut vous pardonner votre hausse de salaire de 34 % (et non pas 64 %), le tout sans considérer le 27 % (abolition de 4 postes de conseillers) d’augmentation de votre charge de travail, très bien expliquée par les nombreux exemples ci-dessus.

Serge Grenier

Chicoutimi