Paul Grimard

L'ERD : efficace et responsable

Le 3 novembre dernier, 38 % des électeurs qui ont voté à Saguenay ont exprimé le désir d'une gestion différente de la ville. De plus, ils ont élu deux conseillères de l'ERD. Elles interviennent au conseil et amènent les autres conseillers à le faire. En toute légitimité, nous formons l'opposition officielle et nous assumons pleinement ce rôle de manière efficace et responsable !
Nous appuierons toute initiative durable dans l'intérêt des citoyens et de la municipalité. Nos deux conseillères ont non seulement un droit de parole mais aussi la responsabilité de surveiller et d'assurer la pertinence et l'utilité de toute proposition. Déjà, la présence de l'ERD a produit des résultats. Pour la première fois depuis des années, les membres du conseil se sont prononcés sur une motion d'une conseillère, la période d'intervention des membres du conseil est de retour et pour la première fois depuis longtemps, le conseil de ville a duré plus d'une heure.
Ce changement est déstabilisant pour certains. Cependant, il permet un débat plus ouvert. Il permet également de constater de quelle façon le maire traite ceux et celles qui ne pensent pas comme lui. Poser des questions, demander des comptes, provoque des débats. N'est-ce pas le propre de la démocratie de favoriser la discussion et l'échange d'idées? C'est ce que l'ERD prône et fera respecter lorsqu'il aura la responsabilité de l'administration municipale.
Depuis notre arrivée, nous avons constaté des pratiques peu souhaitables dans l'administration du maire Tremblay. Comment se fait-il que dans «la ville la mieux gérée» il y ait une utilisation abusive des fonds publics? Le Festival forestier de Shipshaw en est un exemple. Pourquoi cacher les critères sur lesquels se base Promotion Saguenay pour distribuer annuellement 12 M$ provenant des taxes des contribuables? Comment le maire peut-il justifier les récentes nominations partisanes sans vérification des compétences et des qualifications des personnes embauchées ?
Nous croyons que cette ville peut être mieux gérée. Les fonds publics ne doivent pas être utilisés pour satisfaire les idées de grandeur du maire dans des projets pharaoniques tels que la «Place du citoyen». Plus de 7 M$ investis dans ce monument «éloge à la vanité» alors que les citoyens réclament logements sociaux et restauration des infrastructures. Le maire a le devoir de rendre des comptes conformément aux exigences de la loi comme le lui a fait remarquer le ministère des Affaires municipales à plusieurs reprises, et encore tout récemment à propos de la présentation du budget.
On voudrait faire taire l'opposition au nom d'une grande harmonie qui régnait avant. Malheureusement, en politique, l'harmonie apparente et l'absence de débats publics sont souvent synonymes d'un manque flagrant de démocratie et permettent de camoufler certaines pratiques inappropriées. Le maire Tremblay ne peut plus régner en maître absolu. Il doit accepter la présence d'une opposition efficace, structurée et assidue. Son agressivité inappropriée envers tous ceux qui le contredisent ne fait qu'envenimer le climat politique à Saguenay.
Dans la mesure où l'administration respectera son rôle et son droit de parole, l'ERD l'assure de sa collaboration dans le respect des grandes orientations qui ont été votées par les membres du parti: transparence, imputabilité, gouvernance participative, développement durable.
Paul Grimard
Chef de l'ERD