Léo Ferré a 100 ans

Léo Ferré est né en 1916. J'adresse ici un souhait en ce premier mois de l'année, soit celui d'espérer qu'on célébrera pour la peine en 2016 - et à juste titre - le centième anniversaire de naissance de ce grand auteur-compositeur-interprète de langue française, qui nous a légué des chefs-d'oeuvre tels que La mémoire et la mer,Avec le temps, C'est extra, Les anarchistes, pour ne nommer que ceux-là.
Léo Ferré était de son temps, mais semblait sortir tout droit d'une autre époque. Parolier de génie, il aura su, mieux que quiconque, dire non à la bêtise humaine. L'oeuvre de Ferré est un hymne à la vie, à l'espoir et à la liberté. La liberté de se dire sans restriction en se faisant parfois violence, pour mieux extraire la tendresse qui l'habitait ou pour laisser sa musique prendre d'assaut les mots de Rimbaud, de Baudelaire ou d'Aragon.
Ferré était aussi un de nos grands poètes engagés dans la détresse humaine, extirpant de sa propre détresse un chant fraternel qu'il nous lançait en pleine figure. Il se défendait bien d'être misanthrope, mais il se savait de la race de ceux qui ne peuvent supporter la misère et l'offense des uns faite aux autres. Il était sans pitié pour l'injustice, pour les traîtres et les manipulateurs de ce monde. Il était anarchiste et chantre de l'anarchie.
Mais il savait aussi chanter l'amour magnifiquement en osant de ces mots qui nous rendent encore tout chose. Universel dans sa solitude, Léo Ferré nous a légué un chant ouvert à tous nos possibles.
Yvan Giguère, Saguenay