Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

L’encadrement et les cadres

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
OPINION / Il est grand temps de régulariser la situation des professionnels de Saguenay, qui sont encore considérés comme des cadres même s’ils ne gèrent pas de personnel, habituellement une condition essentielle pour porter le titre et exercer la fonction.

Par Laval Gagnon, Chicoutimi

Il y en aurait 90 sur 220. C’est beaucoup. Autour de 40 %. Cette situation prêtait flanc à deux importantes anomalies, dont une coûteuse pour la municipalité. Coûteuse, car elle créait une forte pression à la hausse sur les salaires de ces professionnels cadres. Ce n’est pas un hasard si les conditions salariales des employés à Saguenay sont parmi les plus avantageuses au Québec.

L’autre anomalie ouvrait la porte à un certain arbitraire dans la nomination des cadres, notamment des liens politiques, idéologiques, familiaux ou amicaux, ou tout motif autre que les conditions professionnelles liées à l’embauche.

Évidemment, il y aura un prix à payer afin que l’administration municipale adopte des normes et des pratiques semblables à la grande majorité des villes du Québec. Particulièrement dans les négociations nécessairement délicates et difficiles sur les clauses à incidence salariale.