Le vrai débat

OPINIONS / Loin de moi l'idée de sous-estimer la menace terroriste ou l'ampleur qu'elle peut prendre dans les années futures. J'aimerais quand même soulever des chiffres et des statistiques qui reflètent notre présent.
Prenons les États-Unis, où les armes à feu circulent à profusion et où chaque Américain a en sa possession, en moyenne, plus d'une arme à feu.
Saviez-vous que l'an passé, plus de 30 000 Américains sont morts par le biais de l'utilisation d'une arme à feu?
En comparaison, la menace terroriste n'a tué en tout et partout qu'une centaine de personnes sur la totalité du territoire américain, pour la même période. Pourtant, en regardant l'espace réservé dans les journaux à la menace terroriste, il est facile de constater que l'accent est mis, hors de toutes proportions, sur les incidents terroristes quand les meurtres à répétition sont devenus trop anodins, trop réguliers pour être publicisés, à moins que l'événement sorte de l'ordinaire. Serait-ce parce que cela est plus vendeur auprès de la population alors qu'en réalité, le problème des armes à feu est de loin beaucoup plus important en termes de mortalité?
Pour chaque victime du terrorisme aux États-Unis, 300 personnes meurent par les armes à feu, une statistique qui ne ment pas. Possiblement, le lobby des compagnies d'armes à feu, une industrie de plusieurs centaines de milliards de dollars, exerce une pression considérable sur les politiciens.
Cela nous donne malheureusement un faux portrait de la réalité et amène la population à avoir une peur démesurée du terrorisme alors qu'une autre menace, beaucoup plus présente et insidieuse, fait partie de la réalité quotidienne de la majorité des Américains.
Jean-Marc Girard
Jonquière