Le petit catéchisme

OPINION/ Récemment, dans le Carrefour du lecteur du journal Le Quotidien, l'abbé Simard dogmatisait ex cathedra, que Dieu existe, ainsi que le mal. Le mal, des données probantes me le prouvent, quotidiennement. De surcroit, qui sera surpris qu'en 2017, le monde soit plus périlleux et davantage privé d'humanité? Toutefois, pour ce qui est de l'existence de Dieu, c'est une autre histoire, à mon avis.
Selon monsieur l'abbé, le raisonnement principal de l'athée est le suivant: «Le mal milite en défaveur de l'existence de Dieu.» Autrement dit, si le dieu tout puissant et infiniment bon des catholiques existait, il conjurerait le mal qui accable la planète. Plutôt réducteur comme argument pour qualifier l'athéisme, comme s'il pouvait se résumer à la simple dichotomie, Dieu versus le mal.
Je me demande bien, d'ailleurs, pourquoi les créationnistes de la sainte Église catholique ont inventé Belzébuth, puisque qu'il a toujours existé sur la Terre depuis qu'homo sapiens s'y trouvent. Il se présente sous la forme des Poutine, Trump et Al-Assad de ce monde, sous ce diable rwandais qui a serré la main du général Dallaire, sans oublier ces cardinaux et archevêques cupides à Rome qui vénèrent l'argent, même celui à blanchir, bien avant Dieu, incarné selon la Bible sous la forme d'un enfant pauvre. Pour faire une histoire courte, les athées basent avant tout leurs croyances sur la science: les faits probants quand ils existent, le doute en attendant.
Le sophisme de monsieur l'abbé engendre l'opération mentale suivante pour expliquer le «problème du mal». Selon un emprunt de ces mots de l'agenda d'Elli Helleman, une suppliciée des camps de concentration nazis: «Dieu n'est pas responsable des comportements humains et n'a pas de compte à nous rendre là-dessus». Il cite également le philosophe, William Styron: «À Auschwitz, dis-moi, où était Dieu?» Réponse: «Où était l'homme, lui?» Je ne peux répondre à la première question, quant à la seconde: dans les baraquements; à servir de cobayes aux médecins nazis; en attente dans l'antichambre pour être gazé. Hors des camps, il y eut également des humains qui ont refusé de fermer les yeux, comme Oskar Schindler. Et les enfants dans cette Shoah inexplicable? Ces petits Belzébuth touchés bien malgré eux par la tache originelle. Était-ce à cause de ce péché que Dieu les a ainsi abandonnés? Pour qui le doute existe, il est impossible d'éluder ces questions.
Marcel Lapointe
Jonquière
L'art de tromper
J'ai pris connaissance d'une publicité parue dans le journal Le Quotidien payée par nos taxes d'une autre vantardise du maire Jean Tremblay qui mettait en comparaison la charge fiscale des contribuables de Saguenay avec celle de la moyenne des grandes villes du Québec.
Première tromperie: en effectuant bien le calcul de la moyenne de l'écart entre les charges fiscales des autres villes comparativement à Saguenay, on arrive à une différence de 475$ et non pas 539$ comme dans la publicité du maire.
Deuxième tromperie: on compare Saguenay à des villes de beaucoup plus grande importance en terme de population et d'évaluation foncière (Montréal, Laval, Gatineau, Québec et Longueuil) alors que la comparaison devrait s'établir entre des villes de même importance à ce point de vue. Si on ramène la comparaison entre les villes de Lévis, Sherbrooke, Trois-Rivières, Longueuil et même Terrebonne (qui constitue un cas d'exception ayant connu un boom immobilier très important ces dernières années), on obtient alors un écart moyen de 323$.
Troisième tromperie: les économistes vous le diront, la règle la plus juste à employer dans une comparaison comme celle-ci est celle de la médiane. Il vaut beaucoup mieux employer la médiane que la moyenne, car la règle de la médiane exclut les chiffres en extrémité de la liste de comparaison pour ne prendre que la valeur centrale. Dans ce cas, même en faisant la comparaison avec toutes les villes apparaissant dans la publicité du maire, on obtient une valeur médiane de 354$, ce qui est encore loin du montant de 539$ et en utilisant les écarts entre les villes de Lévis, Sherbrooke, Trois-Rivières, Longueuil et Terrebonne, on a une médiane de 204$.
Voilà la réalité et la façon dont le maire désinforme la population.
Gabriel Dallaire
Chicoutimi