Le loup et l'agneau

Enfin, le faux mythe «Économie de partage» est définitivement crevé. C'est avec une vraie multinationale que le gouvernement Couillard vient d'accepter la réalisation d'un projet pilote d'un an. Uber est une multinationale. Comme toutes les autres multinationales de ce monde, Uber cherche à prendre de l'expansion et à augmenter ses profits, souvent au détriment des consommateurs et consommatrices et, souvent et surtout, au détriment des personnes qui travaillent pour elles.
Sans en connaître tous les aspects, il y a lieu de se réjouir que le gouvernement Couillard ait réussi à circonscrire, dans un projet pilote à durée limitée, les volontés expansionnistes de cette multinationale de nouvelle génération. Les chauffeurs d'Uber (y a-t-il des femmes?) doivent se plier à des exigences semblables à celles que doivent satisfaire les chauffeurs de taxi ordinaire. Et la compagnie doit s'acquitter des devoirs communs à toutes ses concurrentes. On met fin ainsi à une iniquité inacceptable.
En cette semaine du congrès international de l'économie sociale, la vraie économie de partage, il est bon de voir que les mots recouvrent bien les mêmes réalités. Le loup revêtu d'une peau de mouton vient de perdre son déguisement.
Normand Breault, Montréal