La phase 2 du BAPE se tiendra en mode virtuel.
La phase 2 du BAPE se tiendra en mode virtuel.

Le BAPE doit respecter ses engagements

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
OPINION / Les opposants au projet GNL se liguent encore pour mettre des bâtons dans les roues au BAPE en exigeant le report des audiences. Or, étant donné qu’ils font obstruction au public pour accéder aux audiences en prenant toute la place en présentiel et en ligne, cela ne changera rien si le BAPE se plie ou non à leurs demandes. Ils vont prendre toute la place quand même, mais ils en sont moins sûrs, le Web n’étant pas une cour d’école pour enfants.

Ainsi, il n’est pas question que le BAPE obtempère à leurs caprices, peu importe le nombre de logos qu’ils afficheront sur leurs communiqués de presse. Ils ne sont que des minorités bruyantes. Le public étant déjà bien entraîné avec le télétravail, il saura accéder aux audiences, pourvu qu’on ne fasse pas exprès pour créer un contexte de déni de service. Certes, on comprend que les activistes n’auront pas la même capacité de monopolisation des audiences, mais avec la phase 2, ils ne pourront plus répéter ce qu’ils ont réussi à faire en campant aux portes de la salle pour prendre toute la place.

Donc, au nom des 12 750 signataires de la pétition en faveur du projet GNL, je demande au BAPE de respecter ses engagements envers les 85 % de la population en faveur du projet. Ils existent tout autant que les activistes qui monopolisent l’espace médiatique.

Pierre Charbonneau

Arvida