L'alcool au volant

OPINION / Monsieur le ministre de la Sécurité publique, dans Le Quotidien du mercredi 28 juin 2017, l'article du journaliste Stéphane Bégin sur l'alcool au volant m'a vraiment touchée. On nous informait du cas de Michel Girard, multirécidiviste de l'alcool au volant et coupable pour une dixième accusation de conduite avec facultés affaiblies, et pour une sixième interdiction de conduire, dont deux à vie.
Qui ne se souvient pas du cas d'Yves Martin, qui a tué une famille complète, alors qu'il conduisait en état d'ébriété ? Au Québec, ce ne sont pas les lois et règlements qui manquent pour enrayer le fléau de conduite avec les facultés affaiblies, mais bien l'application de ces lois. Tant et aussi longtemps que les juges donneront des sentences bonbons, le nombre de morts et blessés graves sur nos routes, causés par les récidivistes de la conduite avec facultés affaiblies par l'alcool ou les drogues, ne diminuera jamais. 
M. le ministre, je n'arrive pas à comprendre qu'un récidiviste de la conduite avec les facultés affaiblies puisse continuer de conduire une voiture, après un jugement lui interdisant de le faire, et cela à vie. Plus dramatique encore, comment se fait-il qu'un récidiviste puisse recevoir une deuxième et même une troisième suspension de permis à vie et être encore sur la route  ? La loi est là, pourquoi ne pas l'appliquer ? Ci-joint un aperçu des tarifs et amendes pour conduite avec les facultés affaiblies. Ce tableau provient de la SAAQ :
Ces frais peuvent varier.
• Amende minimale : 1000,00 $
• Programme d'évaluation et de réduction du risque de conduite avec les facultés affaiblies
• Évaluation sommaire : 300,00 $ (+ taxes)
• Programme d'évaluation et de réduction du risque de conduite avec les facultés affaiblies - Évaluation complète (si l'évaluation sommaire n'est pas favorable) : 710,00 $ (+ taxes)
• Programme d'évaluation et de réduction du risque de conduite avec les facultés affaiblies - Programme Alcofrein (si l'évaluation sommaire est favorable) : 150,00 $
• Antidémarreur éthylométrique : 1200,00 $ à 5300,00 $
• Anti démarreur éthylométrique - Frais d'installation : 160,00 $ (+ taxes)
• Antidémarreur éthylométrique - Frais mensuels de location : 100,00 $ (+ taxes)
• Antidémarreur éthylométrique - Retrait de l'appareil et fermeture du dossier : 50,00 $ (+ taxes)
• Obtention d'un nouveau permis (selon qu'il s'agit d'une 1re ou d'une 2e ou d'une 3e infraction ou plus) : 300,00 $ à 400,00 $
• Amende pour avoir conduit durant une sanction imposée en vertu du Code criminel (selon la situation) : 1500,00 $ à 3000,00 $, plus des frais de saisie de véhicule pour 30 jours (environ 600,00 $)
En plus des inconvénients non chiffrables et des frais variables suivants : 
• Casier judiciaire
• Frais d'avocat
• Augmentation de la prime d'assurance automobile privée pour une 2e infraction, les frais minimaux dépassent 5700,00 $. Pour une 3e infraction ou plus, ils s'élèvent à plus de 3200,00 $ (+ antidémarreur éthylométrique à vie).
Mais, qui donc est responsable de la sécurité publique au Québec ? Eh oui, c'est bien vous M. le ministre de la Sécurité publique. Quand allez-vous assumer vos responsabilités en enlevant de sur nos routes les chauffards, les drogués et les conducteurs ivres, qui menacent la vie des usagers respectueux des lois et règlements ? M. le ministre, comment se fait-il qu'une personne sous interdiction de conduire puisse quand même conduire ?
Camille Lalancette
Chicoutimi
Vent de changement
OPINION / Je crois que plusieurs ne seront aucunement surpris que M. Blackburn tourne le dos au Parti des citoyens de Saguenay (PCS). Le maire Tremblay, l'incarnation de ce parti, laissera un héritage décrié par plusieurs. Même s'il a fait avancer plusieurs dossiers, ce commandant, par son intransigeance, ses propos crus envers ceux qui ne partageaient pas sa vérité et la façon de donner des contrats et de nommer son monde, les roitelets, ont fini par dégoûter plusieurs contribuables. Tous ces éléments, et bien d'autres encore, ont probablement fait comprendre à ce monsieur qu'un vent nouveau doit se lever, lui donnant, l'espère-t-il, une plus grande crédibilité.
Les luttes intestines au sein du PCS sont les conséquences de la fin d'un règne, celui d'un maire aux allures particulières. Assisterons-nous à une mutinerie ? Possiblement, mais il y aura du tordage de bras et des coups déloyaux, le matou n'étant plus là pour contrôler les ruminants, si vous me permettez l'image ! Serait-ce la fin des petites cliques, si importantes à une certaine pseudo-élite ? Ceux qui étaient dans les bonnes grâces de M. Tremblay veulent conserver leur poste et le pouvoir qui lui est rattaché. Oui, en politique, le pouvoir et le contrôle saoulent ! Le changement d'orientation du candidat Blackburn annoncerait-il une volonté de changement de culture, longtemps attendue et souhaitée par les membres de l'opposition ?
Assisterons-nous à un retour de la démocratie à la table du conseil ou la façon de faire de l'ancienne administration se perpétuera-t-elle ? C'est ce que la population verra dans les mois qui suivront l'élection du mois de novembre. Redonnons aux citoyens la voix qu'ils méritent. Bonne chance à tous les candidats qui veulent un renouveau !
Alain Villeneuve, avocat retraité
Chicoutimi