Le maire Jean Tremblay est en paix avec sa décision de se retirer de la vie municipale à la fin de son présent mandat.

La succession du maire

Depuis qu'on connaît la nouvelle, les conseillers qui conspiraient en silence depuis ces dernières années, voire des décennies, se disent intéressés au « trône » de Saguenay.
C'est ce qu'on pouvait lire dans le Progrès-Dimanche du 27 septembre. Je pense que ceux qui disent ou espèrent que l'Équipe du renouveau démocratique (ERD) n'a plus sa raison d'être parce que Jean Tremblay se retire sont des « has-been » !
Un « has-been » étant pour moi un nostalgique qui veut un retour à zéro... L'Équipe du renouveau démocratique survivra à Jean Tremblay, il n'y a pas de doute. Les électeurs, les membres de l'ERD, ne veulent plus du modèle « je suis élu maire, je suis le maître, mes amis sont les meilleurs et je fais la pluie et le beau temps ».
L'ERD vise à éviter ce genre de situation. Les électeurs qui en sont membres participent et votent sur les orientations du parti. Les candidats de l'ERD portent les aspirations de centaines d'électeurs. On lit aussi dans le Progrès-Dimanche que plusieurs conseillers croient que le Parti des citoyens de Saguenay (PCS) ne pourra naître sans Jean Tremblay. Ils ont peut-être raison, car pour qu'un parti naisse, il faut des idées, la volonté de les partager et rechercher l'accord du plus grand nombre.
Reine Tremblay
La Baie