La Grande Bibliothèque, ce lieu empreint d’humanité

OPINION / La Grande Bibliothèque célèbre cette année ses 15 ans d’existence. Comment ne pas souligner chemin faisant le travail accompli par celle qui fut la première directrice de cette institution : Lise Bissonnette. Celle qui fut maître d’oeuvre de sa construction en plein coeur du Quartier latin de Montréal.

Il ne serait pas vain ici d’affirmer que l’ancienne directrice du Devoir s’était donnée à fond dans sa nouvelle fonction pour mettre au monde la Grande Bibliothèque, et cela, parfois, contre vents et marées. Je serais même tenté de dire qu’elle y a laissé l’empreinte de son âme et de sa grande intelligence. Et j’évoque aussi l’intelligence du coeur.

La grande intellectuelle qu’est Lise Bissonnette aura réussi à façonner un lieu ouvert à tout un chacun. Un lieu où le savant et le populaire se côtoient. Un lieu où il fait bon y être comme en un havre de paix, de silence et de ressourcement. Elle nous a légué une belle et grande bibliothèque en constante mutation, lumineuse et universelle. Une bibliothèque résolument moderne, ancrée dans notre métropole, mais aussi dans le Québec tout entier.

Dans le contexte de la pandémie, la Grande Bibliothèque est encore fermée, mais on annonce sa réouverture pour le 2 juillet. Dans l’intervalle, son hall d’entrée a été transformé en refuge pour les itinérants de Montréal. Le directeur actuel de l’institution, Jean-Louis Roy, expliquait en entrevue dernièrement que suite à une demande formulée par la Ville de Montréal en ce sens, il n’avait vu aucune objection à ouvrir son hall d’entrée aux itinérants de Montréal, dans le contexte de la crise sanitaire que nous traversons. Voilà qui fait montre d’une grandeur d’âme peu commune venant de la part d’une institution intellectuelle de cet ordre. Je suis certain que Lise Bissonnette aurait elle aussi répondu favorablement.

Cela me rappelle justement qu’en 2005 – il y a donc 15 ans – j’effectuais ma première visite à la Grande Bibliothèque. Et à l’extérieur, pas loin du hall d’entrée justement, il y avait un itinérant qui faisait l’aumône et qui récitait des vers de différents poètes québécois. Cela m’avait marqué. Quand j’y pense, j’y vois une sorte de coïncidence temporelle. Longue vie à la Grande Bibliothèque, cet espace empreint d’humanité.

Yvan Giguère

Saguenay