Le Quotidien

La forêt boréale, une richesse collective?

OPINION / Lors du reportage de l’émission Enquête sur la gestion des forêts québécoises, le président d’Alliance Forêt Boréale, Pascal Cloutier, organisme qui représente l’industrie forestière du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord, ne s’est pas caché des pressions exercées par ce groupe pour contrer la création d’aires protégées dans notre région, qui affiche le plus faible ratio de tout le Québec, une honte en matière de protection de la biodiversité. Cet organisme, qui a pour devise « La forêt boréale, une richesse collective », ne semble cependant n’avoir aucun scrupule à œuvrer en coulisse pour déposséder les citoyens du Saguenay-Lac-Saint-Jean du peu de nature intacte que ceux-ci s’efforcent de protéger. L’Alliance Forêt Boréale ose afficher que la forêt est une richesse collective alors que l’industrie forestière ne cesse de vouloir s’accaparer de façon douteuse de la moindre parcelle de forêt en ne laissant aux autres utilisateurs de la forêt que des sites improductifs comme des marécages et des dépotoirs. On comprend maintenant pourquoi le projet d’aire protégée de la rivière Péribonka est bloqué depuis trois ans au ministère des Forêts.