La COVID-19 et le mandat de la commissaire à la santé et au bien-être

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
OPINION / Le gouvernement du Québec a confié à la commissaire à la santé et au bien-être le mandat de faire la lumière sur la gestion de la crise de la COVID-19 dans les foyers de soins et de vie pour les aînés, notamment les CHSLD. Ce mandat est pertinent, car il y a eu de nombreux problèmes de gestion, mais il est incomplet. Il ne permet pas de cerner la cause première de ces problèmes de gestion qui est l’objectif que le gouvernement s’est donné dans sa lutte à la COVID-19.

L’objectif du gouvernement a été d’aplanir la courbe de la maladie pour protéger les capacités du système de santé. Le docteur Arruda l’a rappelé à de très nombreuses occasions, lors de ses conférences de presse, et parfois avec des gestes frappants.

Le gouvernement du Québec a pris rapidement les mesures de confinement parmi les plus rigoureuses et il a atteint ses objectifs : la courbe a été aplatie et le débordement dans le système de santé a été évité.

Compte tenu de l’objectif fixé par le gouvernement, les maisons de soins et de vie et les CHSLD sont demeurés dans l’angle mort de la préparation du plan d’action pour faire face à la pandémie avec les conséquences que nous connaissons : 5730 décès, un bilan par millions d’habitants parmi les plus élevés des pays développés, selon les données de l’Institut national de santé publique du Québec.

Espérons que notre gouvernement se donnera comme objectif pour préparer sa réponse à la deuxième phase de la COVID-19 d’aider tous les Québécois à protéger leur santé, leur revenu et leur qualité de vie dans le cadre des contraintes posées par la COVID-19.

Gilles Bergeron, économiste

Saguenay