La contribution économique des riverains

OPINION / Monsieur le premier ministre, Nous vous avons écrit et rencontré concernant le désastre de la pointe Langevin. Vous nous avez écoutés, mais je ne suis pas certain que vous nous ayez entendus. J’aimerais prendre encore quelques instants de votre attention pour bien communiquer notre message.

Vous avez négocié une nouvelle entente et un nouveau décret avec Rio Tinto que vous avez qualifié d’historique. Vous avez préservé les emplois au Saguenay et à Alma ; nous vous en remercions ; c’était nécessaire. Le poids économique de Rio Tinto dans la région fait en sorte que l’on doit maintenir et bonifier notre relation avec eux.

Ceci étant dit, le poids économique de Rio Tinto dans la région est en baisse depuis 30 ans. Les profits de la firme augmentent sans cesse, mais les ristournes à la région diminuent chaque année. Chaque année, les concessions du gouvernement du Québec à Rio Tinto sont de plus en plus rentables, alors que la région en retire toujours moins, malgré les nouveaux investissements maintes fois déclarés, mais souvent retardés.

Vous connaissez bien les avantages que la présence de Rio Tinto confère à la région. Connaissez-vous les avantages qu’apportent à la région les gens qui viennent s’établir au bord du lac Saint-Jean ? Tous les résidants de la pointe Langevin sont des retraités ou des gens qui préparent soigneusement leurs retraites. Nous avons investi ou nous prévoyons investir les avoirs de toute une vie pour vivre une retraite paisible au bord du lac.

Les résidants de la pointe ont vécu ailleurs, mais ils choisissent de venir compléter leur vie ici. Personnellement, avant de choisir de nous établir ici, nous avons aussi considéré les Maritimes et la Colombie-Britannique. Nous sommes venus ici parce que nous sommes francophones ; nous sommes venus ici parce que nous avons des racines au Lac ; nous sommes venus ici parce que nous aimons notre coin de pays et que nous voulons contribuer à sa croissance et à son développement.

Nous ne sommes pas une multinationale qui investit si ça fait son affaire, mais qui disparaîtrait en un instant si les revenus n’y étaient plus. Nous construisons des propriétés qui contribuent au développement économique local : les contrats ne sont pas internationaux ; tous les fonds dépensés sont investis localement et contribuent à faire vibrer notre économie locale. Nos taxes contribuent au développement local, régional et provincial.

Nous revenons après avoir travaillé un peu partout avec un bagage d’expériences dont nous faisons bénéficier la région. Nous sommes engagés et nous contribuons chaque jour à nos institutions locales et régionales.

Que recherchons-nous en retour ? Nous voulons un régime administratif et légal qui fait en sorte que nous ne devenions pas des pions à la merci de Rio Tinto. 

Donnez à Rio Tinto ce que la firme requière pour opérer ici ; nous ne vous en tiendrons pas rigueur. Par contre, donnez aux riverains du lac un environnement prévisible et certain qui nous encourage à investir dans notre région. 

Donnez à Rio Tinto ce dont ils ont besoin, mais n’oubliez pas de promouvoir et de protéger les droits des autres usagers du lac dont les contributions seront plus pérennes que celles d’une multinationale préoccupée de profits à court terme. Nous, les riverains, nous sommes là pour rester ; notre implication ne dépend pas des résultats de quelques trimestres de profits.

Premier ministre, vous avez vu à préserver les intérêts de Rio Tinto. Nous vous demandons aujourd’hui de voir aux intérêts des riverains du lac et particulièrement à la situation désastreuse que nous vivons à la pointe Langevin.

Depuis plus de 30 ans, Rio Tinto a été responsable et a agi afin de contrer l’érosion à la pointe Langevin. Rien n’a changé aujourd’hui, sauf la volonté de la firme à honorer ses engagements. Premier ministre, nous vous demandons de contraindre Rio Tinto à délaisser sa parade d’excuses et à assumer pleinement ses responsabilités dans le dossier de Pointe Langevin.

Denyse et John Langevin

Dolbeau-Mistassini