La Baie est aussi Chicoutimi

Il y a 450 millions d’années, la bande de terre qu’on désigne actuellement « les Appalaches » vient en contact avec le continent Laurentia. La pression exercée sur la région actuellement désignée « Saguenay-Lac-Saint-Jean » est énorme.

Le magma sous le manteau étire la croûte terrestre et remonte vers la surface sans toutefois l’atteindre. Plus la croûte s’étire, plus elle s’amincit jusqu’à s’effondrer pour former ce que les géologues appellent un graben. Voilà comment s’est façonné, dans un premier temps, le relief de cette région. Le Saguenay, la baie des Ha ! Ha !, la rivière Sainte-Marguerite, les murs nord (côté monts Valin) et sud (coté Parc des Laurentides) en sont les témoins. Un autre séisme similaire provenant de la région de New York aura des ramifications jusqu’au nord du lac Saint-Jean, 250 millions d’années plus tard.

Il faudra attendre l’ère glaciaire, il y a deux millions d’années, et sa fin, il y a 10 000 ans, pour voir apparaître les lacs et rivières qui caractérisent notre région. Et, en particulier, le relief actuel du fjord du Saguenay, façonné par les courants glaciaires qui ont emporté les blocs de granite fracturés lors de la formation du graben.

Comme la plupart des fjords dans le monde, le fjord du Saguenay se ramifie en deux embranchements, soit celui du nord-ouest en direction de Chicoutimi et celui de l’ouest qui forme la baie des Ha ! Ha !.

Survient l’homme, il y a 7000 ans. Après quelques incursions dans le fjord, question de se protéger des rigueurs de l’hiver et des vents froids du fleuve, celui-ci progresse vers l’intérieur des terres au fur et à mesure que la végétation et la faune s’y installent. Certaines bandes viennent de la Mauricie. D’autres empruntent le fjord. Le seul moyen de transport est le canot.

C’est ainsi que les hommes remontent jusqu’à Chicoutimi, « jusqu’où l’eau est profonde » disent-ils, et troquent leurs canots de fortes dimensions pour des canots plus légers, facilement manipulables et transportables, pour emprunter les rivières semées de rapides et qui les obligent à portager.

Mais pourquoi la fin de la belle navigation était-elle à Chicoutimi et non à la baie des Ha! Ha !, où les recherches archéologiques n’ont rien donné ? La réponse est très simple : les routes d’accès. La rivière Chicoutimi (les autochtones l’appelaient la Kinagaming) donne accès au lac Kénogami et de là, au lac Saint-Jean jusqu’à la baie James. Par contre les rivières à Mars et des Ha| Ha !, aux confins de la baie des Ha ! Ha !, proviennent du sud, donc d’aucune utilité pour conquérir de nouveaux territoires. Il y a bien eu, il y a 7000 ans, un cours d’eau très important qui prenait sa source à l’extrême est du lac Kénogami pour se déverser à La Baie.

L’accumulation de sédiments fluvio-glaciaires lors de la dernière déglaciation a fait en sorte que l’eau a dévié vers les rivières Chicoutimi et aux Sables, cette dernière s’avérant toutefois impraticable. C’est ainsi que Chicoutimi est devenu l’endroit stratégique pour les échanges culturels, le commerce et la circulation des personnes depuis au moins 4000 ans.

Il n’en demeure pas moins que La Baie se situe aussi, sur ce fjord, « jusqu’où l’eau est profonde » et qu’à ce titre, le nom Chicoutimi peut aussi très bien être appliqué à ce territoire.

Jacques Pelletier

Chicoutimi