Journée mondiale des enseignantes et enseignants : leaders en temps de crise!

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
OPINION / En cette Journée mondiale des enseignantes et des enseignants, j’aimerais vous dire à quel point je suis fière d’être prof de cégep et de partager avec vous ce métier. Souvent sous-estimé, trop peu valorisé, le métier de prof est pourtant essentiel non seulement pour façonner l’avenir des sociétés, mais aussi pour tisser des liens sociaux, jour après jour, avec les étudiantes, les étudiants et avec les collègues, comme le montre bien les manques que suscite l’actuelle pandémie!

Cette lettre est signée par Lucie Piché, présidente de la Fédération des enseignantes et des enseignants de cégep (FEC-CSQ)

Le thème de la Journée mondiale est, cette année, Leaders en temps de crise – Façonneurs d’avenir! Voilà qui définit bien le rôle que nous avons joué quand, dès la fin mars, nous avons été parmi les premiers à transformer nos cours afin de les offrir à distance, sauvant ainsi la session d’hiver du vide dans lequel la pandémie venait de la faire plonger. Nous avons usé de créativité, et ce, dans des conditions terriblement difficiles puisqu’isolés à domicile avec peu de moyens et, pour plusieurs d’entre nous, avec charges d’enfants. Nous avons innové et nous avons gagné notre pari de mener à terme cette session d’hiver!

Ce défi a d’ailleurs été relevé par les enseignantes et les enseignants du monde entier qui ont travaillé à créer de nouveaux cadres d’apprentissage, à trouver des solutions afin que toutes et tous aient accès à l’éducation malgré la crise sanitaire. Il faut savoir en effet qu’à son paroxysme, la récente pandémie de COVID-19 et les fermetures d’établissements scolaires qu’elle a provoquées ont touché 1,5 milliard d’élèves et 63 millions d’enseignantes et d’enseignants pour le réseau scolaire seulement! Imaginez le nombre si on ajoute les cégeps et les universités. Des millions de profs à qui on a demandé de poursuivre leur enseignement en ligne, en mode hybride ou autrement, d’innover afin de créer de toutes pièces un nouveau modèle d’enseignement!

Et nous revoilà en poste, six mois plus tard, toujours derrière nos écrans et néanmoins déterminés à faire mieux afin que la présente cohorte puisse accéder à un enseignement de qualité, à soutenir aussi les plus vulnérables malgré les restrictions liées à la crise sanitaire, les problèmes d’écran, de connexion ou de panne électrique...

Leaders en temps de crise! Mais aussi leaders pour l’après-crise parce qu’il nous faudra résister à la frénésie qui gagnera plusieurs de nos directions à vouloir promouvoir l’enseignement à distance tous azimuts, au détriment de plusieurs réalités...

Au détriment de la relation pédagogique et des liens que nous tissons avec nos étudiantes et nos étudiants et qui suscitent l’étincelle, la bougie d’allumage d’un parcours professionnel en devenir, voire simplement qui alimente la soif d’apprendre.

Au détriment de la collégialité qui bonifie notre enseignement au fil des échanges sur nos pratiques, nos bons coups; des discussions sur les orientations à privilégier ou les carences de telle ou telle approche.

Au détriment, surtout, d’un réel projet de société pour lequel la révolution numérique sera un outil favorisant une plus grande accessibilité aux études supérieures et une réelle démocratisation et non un écran de fumée occultant les inégalités auxquelles sont confrontés trop de jeunes encore.

Au coeur de l’expérience actuelle inédite dans laquelle nous plonge la pandémie, les profs peuvent servir de catalyseur pour dessiner les contours de l’enseignement de demain. «Leaders en temps de crise et façonneurs d’avenir»!