Jésus est Dieu

En réaction à la chronique de Sébastien Lévesque intitulée « Le miracle de Noël » et parue dans notre édition du 26 décembre.

OPINION / Pour quelqu’un qui se dit non-croyant ou athée dépendamment de la chronique, la tendance se maintien, c’est-à-dire qu’il y a encore des allusions anti chrétiennes dans cette chronique. Bien entendu, vous prenez la voie facile de critiquer le christianisme, car vous savez que le seigneur Jésus n’a jamais prôné la violence et a enseigné d’aimer tous les êtres humains, même ses ennemis.

Au surplus, vous vous permettez de dire comment interpréter la Bible... Wow ! Bien avant vous, il y a eu beaucoup de philosophes qui ont émis l’idée que Jésus était un homme bon, généreux, compatissant, un enseignant hors pair. Mais vous êtes tombé dans le même panneau qu’eux : vous omettez de tenir compte de ce que Jésus disait de lui-même. Quand Jésus déclare dans l’évangile de Jean, au chapitre 10 verset 31, que lui et le Père ne sont qu’un et que les juifs ont tenté de le lapider en disant : « Car, toi qui n’es qu’un homme, tu te fais passer pour Dieu. »

Dans le même évangile, au chapitre 20, les juifs entourent Jésus et lui demandent de dire ouvertement s’il est le messie (prophétisé dans l’Ancien Testament). La réponse de Jésus : « Je vous l’ai déjà dit, mais vous ne croyez pas. Pourtant, vous avez vu les actes que j’accomplis au nom de mon Père : ce sont eux qui témoignent en ma faveur. »

Alors M. Lévesque, quand vous écrivez : « D’abord, que ce soit clair, Jésus n’a pas littéralement guéri le lépreux, pas plus qu’il n’a redonné la vue à un aveugle », vous méprisez la divinité du seigneur Jésus et la foi des chrétiens. Je ne comprends pas pourquoi vous vous obstinez contre le christianisme. Est-ce que les autres religions vous font peur ?

Jacques André Fortin

Dolbeau-Mistassini

LOGE M'ENTEND

Loge m’entraide est un organisme qui, je crois, a sa place dans notre région. Certes, cette cause qui se porte à la défense des personnes mal logées, est justifiable, dans un contexte où le visage de la pauvreté est bien présent, ainsi que des conséquences qui en découlent et dont nous ne sommes pas toujours en mesure de constater. Évidemment, je m’en voudrais de ne pas souligner les efforts et le courage de sa coordonnatrice, Sonia Côté.

Par contre, sans vouloir contester son travail, je ne suis pas tout à fait à l’aise avec ses commentaires, tant sous cette rubrique que dans les différents médias.

Cet organisme ne doit pas représenter un véhicule de critiques, de contestations, de préjugés et d’adversité, bien au contraire. Il y a une règle de base à respecter. Il ne faut se mettre personne à dos. Que ce soit dans le monde politique, au niveau municipal, provincial, fédéral... Cet organisme a besoin du soutien et de l’aide de tous ses intervenants ainsi que de la population.

Les interventions de Mme Côté ne doivent pas se traduire comme étant son seul et unique cheval de bataille. Sinon, sa crédibilité, son image et ses propos nuiront à cet organisme.

Son implication ne doit pas tourner seulement autour d’elle, de ses idées, de sa vision, et de ses démarches. La réplique est une chose, mais ce n’est certainement pas une bonne stratégie dans la négociation et encore moins dans le rôle, l’avenir de Loge m’entraide.

Les demandes de soutien et d’aide de financement fusent de toutes parts, ce qui pousse parfois les choix, les décisions vers des négociations, des ententes, des compromis qui font partie des moyens pour atteindre ces objectifs et trouver des solutions. D’où mon titre. Écouter et s’entendre.

Je suis certain que Mme Côté comprend que rechercher des partenaires et collaborer avec eux l’aidera à trouver des terrains d’entente et fera en sorte que l’année 2020 soit profitable pour Loge m’entraide.

Bonne chance !

Denis Lefebvre

Saguenay