Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
Carrefour des lecteurs

Impérativement une ceinture verte autour d’Alma

Article réservé aux abonnés
OPINION / Comme plusieurs de mes concitoyens, je suis un grand marcheur en forêt en toutes saisons et tous remarquent qu’en ces temps de pandémie, le nombre d’habitués s’est considérablement accru. J’arpente habituellement le parc de la Pointe-des-Américains et les nombreux boisés qui ceinturent les quartiers d’Isle-Maligne et Delisle. Malheureusement, depuis quelques années, ces milieux naturels non protégés sont de plus en plus malmenés et saccagés par une forte augmentation d’activités récréatives à moteur.

Cette lettre est adressée au maire d’Alma Marc Asselin, au directeur du service d’urbanisme Denis Verrette, ainsi qu’à l’ensemble des membres du conseil municipal

Par leurs courses effrénées et leurs parcours désordonnés, ces supposés « amateurs de plein air » mettent en charpie ces écosystèmes qui regorgent de vie autour de marais, marécages, différents types de tourbières, ainsi que des ruisseaux et de petits étangs. En plus d’ajouter à la pollution du bruit et de l’air de ces forêts urbaines au demeurant paisibles, ils troublent la tranquillité du voisinage, des marcheurs, des familles, des personnes âgées et d’une faune qui est de moins en moins à l’abri de leurs incursions chaotiques. Considérant que la liberté de chacun s’arrête là où commence celle des autres, il y a là une transgression claire d’équité en plus d’un legs négatif. Je vous suggère de venir constater par vous-même, l’état de dégradation de ces forêts urbaines.

Il faut mettre fin à ce pur vandalisme pour les générations à venir et pour rehausser le rôle de protecteur de la municipalité. Un environnement naturel en bon état constitue un atout particulier et est un énorme pouvoir d’attraction pour les nouveaux citoyens, comme pour les touristes. De plus, un environnement naturel et sain a un impact majeur sur les revenus fonciers d’une municipalité en augmentant la valeur des propriétés et le prix moyen des loyers.

Dans un communiqué titré Pourquoi prendre en compte les services écologiques dans la gestion et la planification du territoire ?, la MRC de Lac–Saint-Jean-Est affirme que « le contact avec la nature, en milieu urbain comme en milieu rural, est reconnu comme une source de bien-être physique et mental et un cadre propice aux saines habitudes de vie. L’accès à des parcs urbains ou à des boisés facilite le maintien d’un mode de vie physiquement actif. De même, ces espaces verts sont associés à une diminution de la mortalité, à un meilleur niveau d’activité physique et à des degrés de stress, d’anxiété et de dépression moindres. »

Dans le Plan régional des milieux humides et hydriques présenté en novembre 2020, la MRC constate avec appui que « Ces réservoirs de biodiversité, qui participent à la régulation du cycle de l’eau en rechargeant les nappes phréatiques, agissent comme des filtres antipollution, de puits de carbone et collabore activement à l’atténuation et à l’adaptation aux changements climatiques ».

Dans son rapport annuel de 2019, on peut lire que l’Union des municipalités du Québec (UMQ) a participé aux différentes tables de cocréation du MELCC afin de faire valoir les enjeux municipaux en lien avec la Loi sur la qualité de l’environnement entrée en vigueur le 23 mars 2018. L’UMQ a alors mis en évidence la place des municipalités à titre de fiduciaires de l’environnement. Par la présence du maire Marc Asselin au sein du conseil d’administration de l’UMQ et de son comité de la forêt, les membres du conseil municipal d’Alma doivent nécessairement avoir eu vent de ces enjeux. D’ailleurs, la politique du développement durable de Ville d’Alma stipule que : « La protection de l’environnement est un élément fondamental qui contribue au développement durable d’un territoire. Celle-ci est au cœur des préoccupations de la Ville d’Alma puisque la qualité de vie de ses citoyens et des générations futures dépend des gestes que nous posons aujourd’hui... »

Le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation définit ainsi sa vision : « La municipalité de demain est écoresponsable. Elle se doit de préserver et mettre en valeur l’environnement, contribuer à l’amélioration de la qualité de vie... ». Nous prenons tous conscience que les changements climatiques ont et auront des effets considérables sur notre qualité de vie. Et il est déjà clarifié que la pollution de l’air et de l’eau, comme les épisodes de chaleur accablante et de sécheresse engendrent de graves problèmes de santé physique et mentale.

Considérant ceci, je demande expressément aux responsables et élu-es municipaux de passer à l’action afin de protéger et mettre en valeur l’ensemble des milieux naturels sur le territoire d’Alma, qu’ils soient publics ou privés, et de créer ainsi une « ceinture verte ». Par ce fait, Alma deviendra un modèle de gestion durable en plus de pourvoir à ses atouts économiques pour un développement responsable et soutenable. Et si possible, je vous suggère d’aller constater, sur place, l’étendue des dégâts avant qu’il ne soit trop tard.

Je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Marc Fortin

Cofondateur du mouvement citoyen Alma en transition

Cofondateur du Service d’Échange Local Les Partag’heures

Cofondateur de La fête des Semences du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Ancien membre du CA Les jardins Mistouk

Ancien président du CA Boîte à Bleuet

Membre du CA Ciné-Club Alma

Membre Commando Théâtre Alma-Spectacle