Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée

Illusions perdues

Bonjour M. Lisée,Je me présente puisque vous ne me connaissez sûrement pas. Bien avant votre venue sur la scène politique, j'ai milité activement pendant vingt ans aux côtés de messieurs Lévesque, Parizeau, Johnson et Bouchard pour la souveraineté du Québec au sein du PQ et du Bloc. Eux, ils croyaient en la possibilité de la faire.
Aujourd'hui, je vous demande humblement de cesser d'utiliser cette noble cause afin d'accéder, comme vos trois prédécesseurs, au trône de premier ministre. Je n'ai pas peur de dire que quand M. Parizeau a affirmé, le soir du référendum, que la défaite était principalement due à l'argent et aux ethnies, j'ai applaudi.
Regardez depuis ce temps le phénomène de l'immigration et vous savez très bien que ces gens-là ne viennent pas particulièrement au Québec, mais au Canada. C'est comme si on créait une nouvelle ville au Québec par année et elle ne serait probablement pas majoritairement souverainiste. Si vous réussissez un jour à ajouter quelques zéros après l'article 1 du programme de votre parti, vous verrez votre crédibilité augmenter et peut-être prétendre que le PQ est encore capable de bien administrer le Québec. Vous arrêterez de vous déchirer sur la tenue ou non d'un référendum.
Avant de conclure, vous avez certainement souri quand vous avez entendu M. Rambo affirmer qu'on risque une guerre civile au Québec. Moi aussi j'ai souri quand, il y a quelques années, j'ai lu l'un de vos articles où vous affirmiez que le président américain en place était même prêt à déclencher une guerre mondiale pour garder sa présidence. Avouez que l'époque des prophètes est révolue!
Comme bien d'autres Québécois, vous pouvez me classer dans les souverainistes ayant perdu toutes leurs illusions.
Yvon Lavoie, Granby