Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

GNL Québec: des réactions décevantes

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
OPINION / Il faut prendre en compte et reconnaître la qualité et la pertinence du rapport du BAPE qui met la table sur les véritables enjeux du projet GNL Québec. Les avis clairement exposés de l’organisme gouvernemental identifient de sérieuses contraintes à la réalisation du projet. Suffisamment pour que la grande majorité des experts qui se sont prononcés prédisent son échec dans les prochains mois.

Par Laval Gagnon, Chicoutimi

En ce qui me concerne, les réactions des trois personnalités qui jusqu’à maintenant ont annoncé leur candidature à la mairie de Saguenay aux prochaines élections sont pour le moins décevantes. Et elles ne nous annoncent rien de bien inspirant pour les prochains mois et la prochaine campagne électorale.

D’abord la mairesse Josée Néron qui affirme sa neutralité devant le rapport du BAPE et dans le même élan confirme qu’elle et Promotion Saguenay poursuivront leur collaboration avec GNL Québec pour faire avancer le projet. Sans plus de commentaires sur les avis du BAPE et l’ampleur des obstacles à surmonter. Inacceptable.

Ensuite Serge Simard, l’ancien conseiller municipal de La Baie et ancien député de Dubuc, qui nous ressort les vieux clichés... Selon lui, le projet GNL Québec concerne uniquement la population de la région qu’il dit favorable au projet. C’est faux. Et selon lui, Montréal et Québec n’ont pas leur mot à dire pour l’acceptabilité sociale. De la petite politique qui entretient l’ignorance et sème la division.

Pour finir, la candidate à la mairie Julie Dufour qui brandit la menace de division comme argument pour ne pas avoir à discuter de la pertinence et des enjeux du projet lui-même. C’est inquiétant pour l’avenir.

À la lumière du rapport du BAPE, ce n’est pas être contre la région d’être contre le projet GNL Québec. C’est le temps que nos élites s’ajustent... et se distancient de cette vieille habitude d’attendre que le messie vienne miraculeusement nous épargner de la lourde, mais indispensable tâche de nous prendre en main.