Félicitations au gouvernement Legault

OPINION / Loge m’entraide revendique souvent auprès des gouvernements, mais quand l’un ou l’autre fait de bons coups, on tient aussi à le dire publiquement. Et c’est le cas pour le gouvernement Legault qui a annoncé, en juillet 2019, deux excellentes nouvelles, dont une liée au logement social et l’autre, aux groupes en défense collective des droits.

Le 9 juillet, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec, Andrée Laforest, a annoncé la hausse de 25 % des subventions du programme AccèsLogis, seul programme au Québec permettant la réalisation de logements sociaux, rendant enfin possible la construction de 15 000 logements sociaux au Québec. Rappelons que ces projets avaient déjà amassé la contribution du milieu requise et déposé une demande de subvention au gouvernement, mais ils n’y arrivaient pas en raison des subventions qui n’avaient pas été indexées depuis dix ans, ne suivant donc pas la hausse des coûts de construction.

Une autre bonne nouvelle liée au programme AccèsLogis, c’est le nombre de logements subventionnés au sein, par exemple, d’une coopérative d’habitation, qui passe de 50 % à 80 %. Dorénavant, quand un tel projet verra le jour, il pourra offrir non plus 50 % de logements subventionnés, mais bien 80 %, ce qui aidera un nombre plus grand de locataires qui ont à consacrer 25 % de leur revenu pour se loger.

Félicitations également au gouvernement, qui, par la voix de son ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a annoncé, le 19 juillet, le rehaussement des subventions de 252 organismes communautaires au Québec, dont 19 au Saguenay–Lac-Saint-Jean, incluant Loge m’entraide, qui oeuvrent précisément dans la défense collective des droits.

À partir de cette année, les groupes locaux pourront bénéficier d’un financement minimal de 71 500 $ afin d’assurer leur mission de base, 85 000 $ pour les groupes régionaux et 115 000 $ pour les groupes nationaux. Cette annonce est une belle reconnaissance du gouvernement envers le travail essentiel des groupes en défense collective des droits.

Le ministre a même dit que « grâce à eux, la population dispose d’une voix de plus pour se faire entendre ».

Pour Loge m’entraide, cette hausse vient enlever l’incertitude constante de fermer nos portes à chaque fin d’année.

Maintenant, nous espérons que la coopérative d’habitation La Solidarité à Jonquière se réalise sous le mandat actuel de la ministre de l’Habitation et responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest, qui, le 28 juin, a offert, sur un plateau d’argent, la possibilité d’avoir une subvention pour réaliser ce projet. Ce serait un autre bon coup de la part de ce gouvernement envers les plus démunis de Jonquière, qui, depuis 2013, réclament ce projet afin d’être logés dignement sous un mode coopératif.

Ne manque que la collaboration de Saguenay pour éviter que cette belle subvention s’empoussière sur les tablettes gouvernementales, au détriment des plus appauvris.

Sonia Côté, coordonnatrice

Loge m’entraide

+

UN REMPLAÇANT À LA HAUTEUR

À la faveur des grands projets délétères du magnifique fjord du Saguenay, il est possible que le projet d’une reconnaissance de notre fjord, unique au monde, soit écarté définitivement d’une éventuelle candidature au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Mais, heureusement, des voix se font entendre chez nos voisins immédiats pour convaincre l’organisme international de reconnaître, parmi les égéries du patrimoine mondial, le majestueux lac Saint-Jean.

Cette mer intérieure unique, qui nous gratifie de couchers de soleil splendides et spectaculaires ; son eau cristalline, sans cesse renouvelée par des tributaires non moins spectaculaires, grandioses et généreux, comme les rivières Ashuapmushuan et Péribonka ; sa diversité faunique, dont son réputé saumon d’eau douce, la ouananiche, qui attire de partout les adeptes de la pêche sportive ; son environnement parsemé d’attraits touristiques sans nul autre pareil, du célèbre Zoo sauvage de Saint-Félicien à un petit bijou d’entreprise touristique familiale comme Cristal du Lac de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, en passant par le Village historique de Val-Jalbert ; sa légendaire et réputée Traversée internationale, qui, encore une fois cette année, n’a pas fait de cadeau aux valeureux et valeureuses athlètes qui se sont rassemblés, comme chaque année, pour s’y frotter durant plus de 30 kilomètres à la nage ; sans oublier cette communauté autochtone fière et fascinante, celle des Innus de Mashteuiatsh, présente depuis des millénaires sur les rives du Piékougami – appellation autochtone du grand lac.

Vraiment, le Piékouagami, avec sa mosaïque d’atours naturels ou bien sculptés par la main humaine, a tout pour séduire même le plus récalcitrant des commissaires de l’UNESCO.

Conséquemment, il n’en tient qu’à nous, Jeannois et Saguenéens, de pousser dans la même direction, pour le bien de toute la région.

Marcel Lapointe

Jonquière