Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Faire de Saguenay une capitale

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
OPINION / Saguenay a besoin de magie et de plus d’affection. S’il faut de la joie pour se rassembler autour d’une danse, il faut davantage de rêve pour se bâtir une maison, se dessiner un quartier et construire une ville. Au sens propre comme au sens figuré, Saguenay a dorénavant besoin de plus de musique, de rythme et de poésie. Et pour l’allégorie, que les « pelleteux de nuages » — comme on aime les appeler — éloignent enfin cette grisaille sur la ville pour faire place à plus de lumière.

Par Jocelyn Robert, Saguenay

Les vingt premières années de la création de Saguenay ont été une déroute alors qu’on a tenté de parcourir à reculons la distance qui nous sépare des plus belles villes du monde. Il nous faut maintenant faire volte-face.

Saguenay est en soi un grand projet qui porte en lui un potentiel clair et une économie distinctive. Son avenir ne doit plus dépendre de versements de capitaux aux intérêts étrangers qui causent des balafres irréparables à notre milieu.

Saguenay doit devenir une cité du monde moderne et attrayante, un modèle qui se soucie davantage de la qualité de vie de ses citoyens que celles des croisiéristes qui débarquent pour venir pisser dans le fjord.

Il suffit de « marcher notre ville » pour se rendre compte qu’il y a des ponts à construire, des voies à tracer, afin d’aller plus loin et dépasser les idées du siècle dernier. Il faut dorénavant miser sur les qualités de Saguenay, son capital humain, sa culture, ses arts, son environnement, son entrepreneuriat.

Pour bâtir, il faut des assises. Et il ne s’agit pas de s’appuyer sur celles qui se sont effritées au fil des décennies. Les assises de Saguenay sont désormais celles de la créativité, de la cadence, du charme et de sa culture. Bâtissons, à échelle humaine, une ville plus belle où chacun trouvera sa partition, son authenticité. Et cette musicalité fera écho à notre singularité. Il faut mettre en place cette économie circulaire et enfin entrer dans la danse comme une vraie capitale digne du 21e siècle.