Le conseiller municipal Bernard Noël

Éthique élastique?

OPINIONS / Réponse au commentaire du lecteur Marcel Lapointe, publié dans cette section le jeudi 2 juin.
Éthique élastique est une mauvaise interprétation sur le sens de mes propos concernant la justice. Bref, c'est écrire pour écrire. La communication et les mots ont toujours un sens, il faut juste savoir bien lire, jauger la sémantique, ou se taire. En aucun temps, il n'est question d'une justice malléable. Bien au contraire, je déplore tous les tenants impliqués dans le rapport Charbonneau qui sont en liberté.
Je faisais aussi allusion, bien sûr, aux doléances des avocats dans les médias qui allèguent la non-culpabilité des individus arrêtés. Personne ne croit leurs arguments, mais bon, c'est la règle de la défense. Dans le dossier de Bernard Noël, je persiste à dire que ce n'est pas si pire que ça. Ce monsieur a travaillé fort, va possiblement abandonner son poste et les revenus qui s'y rattachent pour une infraction de 5000$ (un voyage de récompense qu'il aurait dû avoir). À comparer aux centaines de millions dans la région de Montréal, il s'agit d'une disproportion malheureuse. Monsieur, actualisez-vous, écoutez et suivez l'actualité... Remontez dans le temps des dossiers municipaux. Voler un oeuf c'est voler un boeuf, certes, mais changer la sémantique des mots, c'est voler. Surveillez-vous d'avoir des mauvaises croyances ancrées, car elles influent sur le psychisme des gens. Je ne connais pas Bernard Noël, mais je suis un tenant de la justice propre.
André Tremblay, Saguenay (Chicoutimi)