Énergie Saguenay: les éléments fondamentaux

OPINION / L’annonce récente d’un corridor à l’étude par notre partenaire et fournisseur, Gazoduq, a suscité de nombreuses discussions sur notre projet, Énergie Saguenay, et nous saisissons l’occasion pour rappeler les éléments fondamentaux qui le définissent

D’abord, notre projet repose sur une vision ambitieuse : profiter des surplus hydroélectriques propres et renouvelables disponibles au Québec afin de liquéfier le gaz naturel issu à 100 % de l’Ouest canadien, produisant ainsi, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, le gaz naturel liquéfié (GNL) générant le moins de gaz à effets de serre (GES) au monde.

Cette vision conduit à un objectif fort : établir à Saguenay un nouveau standard mondial en développant l’usine de liquéfaction de gaz naturel la plus verte et la plus respectueuse qui soit.

Sur le plan environnemental, le projet Énergie Saguenay permettra de remplacer, à l’échelle mondiale, le charbon et le mazout issu du pétrole encore largement employés, notamment afin de produire de l’électricité. En effet, plus de 40 % de l’électricité mondiale est encore produite au charbon en 2018. C’est une réalité qui ne nous saute pas aux yeux comme Québécois profitant de l’hydroélectricité en abondance. Dans ce contexte, le gaz naturel est clairement une énergie de transition : son utilisation génère beaucoup moins de GES et de pollution atmosphérique. C’est pourquoi Énergie Saguenay pourrait répondre aux problèmes majeurs de qualité de l’air rencontrés dans plusieurs pays.

En clair, Énergie Saguenay ne vise nullement à remplacer de l’énergie renouvelable, au Québec ou à l’étranger.

Ainsi, au-delà des emplois et des retombées économiques, soit par sa vision et ses objectifs, le projet Énergie Saguenay s’inscrit pleinement dans une démarche de dialogue avec la communauté du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Nous publierons dans les prochaines semaines l’étude d’impacts de notre complexe industriel que nous avons façonné depuis 2014 grâce à l’apport de plus de 300 intervenants de la région et de deux comités consultatifs. Ce sera un nouveau rendez-vous pour écouter la population régionale et continuer d’améliorer le projet.

Stéphanie Fortin

Directrice des communications, et des relations avec la communauté

Énergie Saguenay

+

RASSEMBLEMENT DES CORDES

Samedi et dimanche dernier, les 17 et 18 novembre, se tenait à Saguenay la 33e édition du Rassemblement des cordes du Saguenay-Lac-Saint-Jean ; une occasion pour tous les violonistes amateurs et professionnels de participer à une expérience unique. Quelque 150 participants-violonistes et une vingtaine de professeurs se sont réunis pour l’occasion.

C’est une occasion, pour les participants de tous les niveaux, de vivre une expérience musicale intergénérationnelle et multiniveaux organisée exclusivement pour les instruments à cordes (violon, alto, violoncelle, contrebasse).

Il s’agit de préparer un spectacle le samedi et de le produire le lendemain devant un public, soit dimanche après-midi. Chaque niveau de compétence musicale produit une pièce. Dans un second temps, tout le monde travaille à préparer une pièce d’envergure commune. Chacun doit alors apprendre/pratiquer deux pièces sur une très courte période.

Le spectacle a donc été présenté au public le dimanche après-midi à la polyvalente Charles-Gravel de Chicoutimi-Nord. Le défi a été relevé.

Cet événement, qui attire maintenant des participants de l’extérieur, est le fruit du travail des professeurs de violon de la région, qui se surpassent à organiser ce rassemblement.

Les participants en sortent avec une expérience d’orchestre inédite, l’équivalent d’une classe de maîtres.

Souhaitons que l’événement se répète encore plusieurs années.

Merci aux commanditaires et aux professeurs de musique du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Sylvain Côté

Alma

+

SOIGNER PAR L'ART

Les artistes (qui peuvent être vedettes) sont sans doute les mieux placés pour comprendre à quel point la création (incluant celle de la planète), mais aussi le contact avec la beauté (comme celle du fjord du Saguenay) et les propos de sagesse (comme ceux des Vigneault, Champagne et Dupuis de ce monde), ouvre les voies d’accès aux forces intérieures (d’une planète qui ne veut pas mourir).

Entre parenthèses c’est de moi, l’essentiel provient d’un texte de la chroniqueuse, Odile Tremblay, « L’art qui soigne ».

Marcel Lapointe

Jonquière