Donner des services d’abord

Comme bien des citoyens de Saguenay, moi aussi j’ai la nausée concernant le scandale de Promotion Saguenay.

Selon la majorité des commentaires lus dans votre journal, à part ceux de quelques journalistes, le nouveau conseil de ville ne devrait plus subventionner Promotion Saguenay à même nos taxes. 

Les retombées économiques comparativement aux coûts exorbitants en salaires payés, primes de départs et régimes de retraite faramineux, le jeu n’en vaut pas la chandelle, non merci et en tant que payeurs de taxes c’est inadmissible et scandaleux de continuer à subventionner un tel organisme. Dans le privé ce serait la faillite assurée et on fermerait la bâtisse.

Je suis convaincu que la majorité des citoyens sont de mon avis, la cour est pleine comme l’écrivait M. Gilles Bergeron (économiste) dans votre journal du 30 novembre dernier.

En premier lieu, nos taxes doivent servir à donner aux citoyens les services auxquels ils s’attendent et doivent être à la hauteur d’une ville comme Saguenay doit être. Pourquoi nos taxes serviraient à engraisser quelques élus dans une tour d’ivoire où règnent le mutisme et la complicité.  C’est bien beau de vouloir promouvoir une ville, mais à quel prix ? Assez c’est assez!      

Où se cachent les scribes, les sépulcres blanchis dont la devise était «la poche du citoyen d’abord» ? Où sont les Ponce Pilate de cet acte odieux!  

Heureusement pour eux que nous sommes en 2017, car ils seraient voués à la crucifixion, et j’imagine le roi des sépulcres blanchis, entouré du signataire du contrat les yeux fermés et l’heureux bénéficiaire de tant de générosité, tous les trois sur une croix et le roi du Saguenay leur dire:  «En vérité, en vérité je vous le dis, aujourd’hui même vous serez avec moi au paradis fiscal! Amen! » 

Alain Lapointe

Jonquière

Pas une question de compétence

Jean Tremblay a réagi face à l’actualité entourant son ancienne administration en confirmant qu’il n’y a rien de scandaleux là-dedans. Que Ghislain Harvey et Priscilla Nemey étaient des gens extrêmement compétents qui ont beaucoup contribué à construire la ville. Or, là n’est pas la question. On ne se soucie pas de la compétence des gens, mais de la transparence et de l’honnêteté. Et ces deux éléments semblent décidément avoir été malmenés ces vingt dernières années. Ce que Jean Tremblay a affirmé se compare à quand un pays colonisateur répond à ses anciennes colonies qui se plaignent de plusieurs infractions des droits de l’homme qu’ils ne devraient pas se plaindre, car leurs colonisateurs leur ont construit des routes, des écoles, des usines, etc. Bref, peu importe si tu fais bien certaines choses, cela ne te donne pas le droit de contourner les règles établies par la société. Les citoyens ont le droit d’être scandalisés par le salaire exorbitant de Ghislain Harvey qui surpasse celui du premier ministre, une fonction hautement plus importante. Il aurait très bien pu faire son travail avec une rémunération plus modeste et ainsi épargner l’argent des contribuables pour d’autres domaines. Il y a tant de grands bâtisseurs dans notre société qui sont moins bien payés: infirmières, enseignants, ouvriers, menuisiers, etc. La différence est qu’eux se montrent (pour la plupart) honnêtes. Par conséquent, minimiser les impacts des révélations des dernières semaines s’avère être une grave insulte pour ces gens-là. Si M. Harvey est aussi compétent que l’ancien maire le prétend, alors ce dernier n’aurait eu aucun mal à soumettre sa candidature et à se faire sélectionner dans les règles. Mais encore faut-il apprendre à respecter les principes fondamentaux de la démocratie.  

Joanie Dallaire

Chicoutimi