La chef de l'Équipe du renouveau démocratique, Josée Néron

Deux partis, deux visions

Deux événements importants ont marqué l'actualité municipale récemment à Saguenay.
Lors de la présentation du budget, Mme Josée Néron a voté contre le budget, considérant qu'il a été conçu sans discussion avec les membres du conseil. Curieusement (pour certains) sa consoeur, Mme Christine Boivin a voté pour ce même budget. À la fin de la séance, les journalistes ont demandé des explications à la chef de l'ERD. La réponse fournie est que la ligne de parti n'existe pas dans cette formation, contrairement à ce que plusieurs pensent. 
En effet, il est bien spécifié dans les statuts du parti, que chaque conseiller (e) est libre de voter selon sa conscience, en autant que ce choix soit en accord avec les principes de transparence et de démocratie.
Tout un contraste la veille, alors que le chef du Parti des citoyens a pris la décision unilatérale d'annuler le vote devant être pris au sujet du nouveau vérificateur général. Craignant une rébellion de ses membres et un vote négatif, M. le maire se débine et remet le dossier au ministre provincial. 
Ceci démontre clairement que le PCS a une ligne de parti, niée par Jean Tremblay, mais que la ligne dure existe à l'hôtel de ville. Les citoyen (ne) s devront se rappeler cet épisode lors de la prochaine élection.
J'en profite pour inviter les deux vrais conseillers indépendants, Mme Julie Dufour (que je félicite pour sa victoire dans le dossier du VG) ainsi que M. François Tremblay, à se joindre à l'ERD, considérant qu'ils conserveraient leur droit de parole, leur indépendance. Tous en sortiraient gagnants.
Serge Grenier
Chicoutimi