Chasse à la marmotte: une ignominie

OPINION / Je ne suis pas chasseuse, mais bien partisane de la protection contre la cruauté envers les animaux, vous le jugerez sans doute par la tenue de mon propos.

Le tournoi de chasse à la marmotte : quelle aberration ! Voilà donc qu’on utilise la chasse légale à la marmotte pour en faire un concours de tuerie et une fête au village. Bienvenue aux « rednecks » locaux ! Comment peut-on justifier une telle glorification et offrir des prix et des récompenses pour une telle cruauté inutile ? Chasser pour manger est socialement accepté, mais tuer pour tuer devrait être interdit et fustigé sur la place publique. 

Bien qu’elle soit légale, la chasse à la marmotte n’en est pas moins aussi répugnante que de chasser le chat ou le chien du voisin que l’on considérerait comme animal nuisible. Les marmottes sont des nuisances pour les cultures agricoles et les pâturages ? Soit, mais quand on a des problèmes d’animaux nuisibles, on peut avoir recours à des professionnels du contrôle animalier qui s’appellent des exterminateurs, qui relocaliseront les indésirables en des lieux qui leurs sont adéquats. Pourquoi tenez-vous tant à une solution violente plutôt que respectueuse d’un animal qui ne fait que faire ce que la nature lui commande et qui est aussi démuni contre une carabine que votre chat ou votre chien ? Aucun organisme officiel n’ayant déclaré que les marmottes étaient en surpopulation dans la région, je ne vois donc pas l’utilisation d’un canon pour tuer une mouche.

On admet maintenant que les animaux sont sensibles à la douleur et au stress, que les chats et les chiens ne peuvent donc plus être considérés comme des biens meubles. Cette observation est applicable également aux animaux non domestiques ; ils ressentent de la douleur et sont sensibles au stress. Il est donc d’une inutile cruauté que de les chasser. De plus, les animaux sauvages ne nous appartiennent pas. 

Il n’y a pas de différence pour la personne derrière la carabine qui tire sur un chat, un chien ou une marmotte ; si vous en tirez du plaisir, c’est que vous avez une propension à la violence qui peut se répercuter sur d’autres catégories d’êtres vivants, selon les études en psychologie. Imaginez le corps de ces pauvres bêtes sans défense, éclater en lambeaux sous l’effet d’une balle ; la cervelle, les viscères, des morceaux de fourrures et d’os projetés dans des faisceaux de sang. Sincèrement, si vous trouvez du plaisir à cela, je suis inquiète.

La chasse aux marmottes est légale, mais en faire l’apologie et une fête est une ignominie.

Annie Rousseau

Saguenay

Un nouveau parti à Ottawa

OPINION / Les sept dissidents du Bloc Québécois ont décidé de former un nouveau parti politique à Ottawa ; sage décision selon moi. Mais de la façon que vous amorcez cette procédure, c’est bien mal parti puisque vous ne vous entendez pas tous sur l’acceptabilité de fédéralistes dans vos rangs. Pour avoir milité longtemps, autant au PQ qu’au Bloc, puis-je vous donner un petit conseil, car je me souviens encore de la formation du PQ où messieurs Lévesque et Bourgault s’affrontaient ? Depuis ce temps, ce parti a été continuellement en chicanes alimentées par des factions internes.

Ma suggestion, c’est que vous formiez un parti des Québécois à Ottawa qui ne serait ni souverainiste ni fédéraliste, mais qui serait plutôt là pour défendre les intérêts québécois. Étant le seul parti qui n’est pas sous la tutelle d’un parti pancanadien, vous pourriez quand même encourager le développement des intérêts canadiens, mais pas au détriment de ceux des Québécois. Vous voulez être un parti rassembleur donc vous devez être ouverts à tous et toutes en respectant les opinions et suggestions de ces derniers, aussi variées soient-elles.

Humblement, je crois qu’avec une telle plateforme électorale, vous avez des chances de ressusciter aux prochaines élections et de plus, vous n’aurez même pas à vous soucier du Bloc qui, d’après moi, va disparaître à cette élection comme le souhaitait au départ son fondateur, M. Bouchard.

Il fut un temps où ce beau projet était réalisable et je regrette qu’aujourd’hui, certaines personnes s’en servent encore à des fins personnelles. 

Yvon Lavoie

Granby