Audiences du BAPE : une occasion de continuer à innover

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
L’auteur de cette lettre est Pat Fiore, président de GNL Québec, projet Énergie Saguenay

OPINION / Après six mois de délais causés par la crise de la COVID-19, la première partie des travaux publics de la commission du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) chargée d’examiner le projet Énergie Saguenay de GNL Québec s’amorcera finalement lundi.

Comme pour chacune et chacun d’entre vous, ces six derniers mois ont aussi été mouvementés et parsemés de défis pour notre entreprise.

Mais à l’instar des gens de la région, nous avons su faire preuve de résilience. Et nous sommes prêts à participer aux travaux du BAPE, qui représentent un jalon clé du développement du projet. Et ce, avec la rigueur, la transparence, l’écoute et le profond respect qui caractérisent toutes les actions déployées par GNL Québec depuis 2014.

Enthousiasme, confiance, fierté

À titre de président de GNL Québec, je peux vous affirmer, au nom de toute l’équipe du projet Énergie Saguenay, que c’est avec enthousiasme, confiance et fierté que nous abordons le début de ces audiences.

Avec enthousiasme parce que les travaux qui s’amorcent marquent le début d’une nouvelle phase déterminante dans son développement et parce qu’ils représentent l’aboutissement de plusieurs années de travail afin de bâtir un projet qui se veut une vitrine technologique et un nouveau standard au sein de l’industrie, tout en contribuant concrètement à la lutte contre les changements climatiques et à notre relance et à notre diversification économique.

Avec fierté parce que nous sommes fiers du chemin parcouru au cours des six dernières années, en concertation avec le milieu. Six années pendant lesquelles le projet a constamment évolué et s’est constamment amélioré.

Cette concertation, doublée de notre volonté à innover, se traduit aujourd’hui, par exemple, via l’engagement d’opérer un complexe carboneutre. Une première pour un projet comme le nôtre.

Ou encore par l’adoption d’une Charte d’engagements envers la protection des mammifères marins, dont les bélugas du Saint-Laurent, pour laquelle l’application se traduira, entre autres mesures, par la construction de navires spécialement conçus pour nous. Ces navires comprendront des technologies permettant de réduire le bruit sous-marin qu’ils émettent. Cette charte prévoit aussi la mise en place d’un fonds de 5 M$ qui sera géré de manière indépendante, visant à permettre aux autres usagers du Saguenay de poser eux aussi des actions concrètes afin de réduire leurs propres émissions sonores.

Avec confiance, parce que nous avons une équipe solide, ancrée dans la région et qui en connaît les réalités et les enjeux. Une équipe motivée à travailler à son avenir économique, social et environnemental. Avec confiance, aussi, parce que nous sentons, chaque jour, par notre travail sur le terrain, l’appui de la population.

Et avec confiance parce que nous serons appuyés, pendant les travaux de la commission, par des experts de calibre international qui permettront d’amener le débat au-delà de certaines idées reçues et de placer le projet dans son contexte régional, national et international, notamment sur le plan de la lutte aux changements climatiques.

Un bon projet qui peut encore être amélioré

Si les audiences publiques du BAPE représentent, pour les citoyens, l’occasion de s’informer et de s’exprimer sur le projet Énergie Saguenay dans un contexte rigoureux et non partisan, cet exercice représente, pour nous aussi, l’occasion de nous informer. De toujours mieux intégrer les préoccupations du milieu dans le but de continuer à améliorer et bonifier le projet. D’identifier d’autres pistes d’innovation.

C’est donc dans cette perspective d’échanges constructifs, d’ouverture et de rigueur que nous abordons la première partie des audiences publiques du BAPE et que nous invitons les Saguenéens et les Jeannois à y participer et à s’approprier l’exercice qui débute.

Nous sommes profondément convaincus qu’au final, autant notre projet que l’ensemble de la région et du Québec en sortiront grandis.