Lina Boivin, candidate libérale

Appui à Lina Boivin

OPINION / Depuis toujours, je nourris une passion pour notre collectivité de Chicoutimi—Le Fjord, elle qui s’est bâtie sur des valeurs universelles comme le travail acharné et le dévouement.

En tant que conseiller municipal, producteur laitier et fier Saguenéen, je comprends toute l’importance d’avoir un représentant dynamique qui comprend et partage les valeurs de notre collectivité. Dans le cadre de l’élection partielle qui a lieu dans notre circonscription, je pense que Lina Boivin et Justin Trudeau forment la seule équipe qui a un plan concret pour créer des emplois bien rémunérés, protéger les industries locales et faire en sorte que Chicoutimi—Le Fjord occupe une place centrale dans les décisions prises par le gouvernement.

Lina Boivin est une leader communautaire dévouée et une femme d’affaires accomplie. J’ai vu comment Lina, en tant que présidente de Boivin Management, avait grandement contribué au développement économique de la région. Cela fait d’elle la meilleure candidate pour travailler de près avec Justin Trudeau pour renforcer la classe moyenne et assurer sa croissance ici même, dans Chicoutimi—Le Fjord.

Il y a deux ans et demi, les gens de chez nous ont élu un vaillant député libéral de l’Équipe Trudeau pour défendre nos industries et stimuler notre économie locale – et c’est ce qui s’est produit. Depuis 2015, le gouvernement libéral a réalisé des investissements considérables pour stimuler la création d’emplois partout au Québec et dans notre collectivité. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Le Québec affiche son taux de chômage le plus bas en plus de 40 ans, le Canada a maintenant la plus forte croissance parmi les pays du G7 et 600 000 nouveaux emplois ont été créés partout au pays depuis 2015. Le 18 juin, nous avons de nouveau l’occasion d’élire une représentante dynamique en la personne de Lina Boivin qui, je le sais, continuera de travailler sans relâche pour soutenir les investissements dans notre collectivité.

Qui plus est, dans un monde si tumultueux, il est évident que Justin Trudeau et le gouvernement libéral ont à cœur nos industries locales. Le premier ministre est venu à plusieurs reprises dans la région dans les deux dernières années. L’investissement de 60 millions de dollars de mesures vertes annoncé récemment pour le secteur de l’aluminium fera progresser l’innovation et aidera les familles d’ici. De plus, le gouvernement libéral a investi 46,9 millions de dollars dans les Forces armées canadiennes pour construire deux nouveaux bâtiments à la 3e Escadre Bagotville. Ils ont aussi annoncé 300 millions de dollars pour offrir plus de formations de combat aérien, ce qui se traduira par 600 nouveaux emplois.

Les libéraux ont toujours défendu notre industrie laitière et le système de gestion de l’offre. Et aujourd’hui, ils protègent nos emplois et nos industries contre les tarifs douaniers injustes imposés par les États-Unis, car ils savent combien les travailleurs de l’acier et de l’aluminium s’activent pour subvenir aux besoins de leur famille.

Après une décennie de politiques conservatrices désastreuses qui ont laissé pour compte trop de familles québécoises, nous ne pouvons pas nous permettre de revenir à l’ère de Stephen Harper. Justin Trudeau a obtenu des avancées concrètes et avec Lina Boivin à ses côtés, je sais que les familles de Chicoutimi—Le Fjord pourront compter sur un avenir encore meilleur. Justin Trudeau, Lina Boivin et l’équipe libérale sont toujours le seul parti qui a un plan positif pour changer concrètement la vie des Canadiens et protéger les familles de travailleurs de la classe moyenne de chez nous. C’est la raison pour laquelle je les appuierai le lundi 18 juin – et je vous invite à faire de même.

Michel Potvin

Conseiller municipal

Saguenay

+

VOIR LES MONTS VALIN

OPINION / Ce qui est beau, en sortant de la Réserve Faunique des Laurentides, dans le bois depuis presque 3 heures, ce n’est pas de voir des arbres, momifiés pendant presque 6 mois, et menacés par le calcium de la route en hiver ; ce qui est beau sur Talbot, surtout à partir de Barrette, jusqu’à Jacques-Cartier, c’est la vue imprenable des monts Valin.

Demandez à nos « expatriés » de tout âge à quel moment ils prennent une grande respiration, contents enfin de rentrer à la maison. Ils vont vous répondre que c’est à la vue des monts Valin.

Sur la route de la Réserve faunique (on n’appelle pas ça un Parc...), en rentrant à Chicoutimi, au kilomètre 215, écrit expressément sur un poteau, les monts Valin sortent du paysage, au grand bonheur de ceux qui viennent y faire un tour.

Je n’ai pas compris du tout, l’an dernier, l’idée de planter des arbres sur cette voie-là. Nous sommes cernés, entourés d’arbre. Les pays, sans hiver, se plantent des arbres sur les boulevards, à gros prix d’achat et d’entretien pour la beauté, mais davantage pour le confort, lors des grandes chaleurs. Ce n’est pas notre cas.

Moi, sur Talbot, je veux voir les monts Valin.

Pauline Germain

Chicoutimi