Jean-Pierre Blackburn

Adieu, ma plus fidèle alliée

Adieu, ma plus fidèle alliéeHier, je m'empressais pendant la journée de tout régler au bureau, avec la collaboration des membres de mon personnel, afin de revenir rapidement à Saguenay, car l'état de santé de ma mère se détériorait à un rythme accéléré. Mais la réalité m'a rattrapé en début de soirée hier, en apprenant le décès de ma mère, Jeanne de Launière.
Mes frères et soeurs étaient tous présents à ses côtés, à l'exception du soussigné. Mais c'est ainsi ! Et en pareil moment, vous comprendrez que les paroles de mon père sonnent à répétition. « Pourquoi tu t'en vas à Paris » ?
Aussi, aujourd'hui, mes pensées vont vers ma mère. Celle qui était, en politique, ma plus fidèle alliée. En campagne électorale, ma mère se faisait un devoir de sonder les gens par téléphone. Elle voulait savoir... Et le soir, soyez assurés qu'elle s'empressait de m'appeler pour me donner les résultats. Elle me donnait toujours l'heure juste. Bon ou pas bon pour moi!
Et le matin, ses premiers gestes étaient de lire le journal Le Quotidien. Elle lisait tout sur la politique, et bien sûr elle vérifiait si l'on parlait de son fils. À tous les dimanches, en été, mon père et ma mère, bien qu'âgés tous les deux, se rendaient au lac Bouchette. Ma mère, telle une diplomate, abordait tous et chacun, et trouvait toujours le moyen de glisser dans la conversation la petite phrase: « Vous devez connaître mon fils...,» Ce qui faisait bien sourire mon père..., qui se faisait un plaisir à me raconter ces anecdotes.
Certes, lorsqu'on voit l'état de santé de nos parents se détériorer, et leur qualité de vie se déprécier, l'on se console en disant, que c'est probablement mieux ainsi. Mais nous on reste après...
Aussi, je retiens de ma mère: cette dame au « chapeau », fière, amoureuse de mon père (Gustave), et une bonne maman... Elle a tant travaillé avec mon père, pour nous donner l'essentiel... Couturière, représentante pour les produits Avon, représentante pour la compagnie Electrolux (championne vendeuse), enseignante en couture, et quoi encore. Elle a tant travaillé, et elle a su nous inculquer tant de bonnes valeurs, à nous tous, les six enfants.
Je retiens sa joie de vivre; à quel point elle était vaillante, vigoureuse, accueillante ! Et surtout l'amour qu'elle avait envers mon père, accompagné de ces petits gestes démonstratifs au quotidien, qui faisaient partie de notre vie.
En ces circonstances plus difficiles pour toute la famille, alors que je me dirige vers le Saguenay, j'ai pensé vous partager ce court hommage à ma mère. Beaucoup de personnes l'ont connue, beaucoup de citoyens de Jonquière, de Chambord, et de la région.
Respectueusement,
Jean-Pierre Blackburn,
Ambassadeur du Canada
auprès de l'UNESCO