Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Mgr René Guay
Mgr René Guay

À mes soeurs et frères Atikamekw d’Opitciwan et Innus de Mashteuiatsh

Article réservé aux abonnés
OPINION / En cette Journée nationale des peuples autochtones, je suis de tout coeur avec vous et je m’unis à vos célébrations. Chaque année, le 21 juin, est une Journée bien spéciale qui met en valeur votre identité et votre richesse comme peuple. Cette fête vous permet aussi d’exprimer et de faire connaître votre culture et votre histoire. Malheureusement, un pan important de votre histoire est très douloureux. Vous avez raison de le trouver inacceptable. Pendant des décennies, vos peuples ont souffert de la non-reconnaissance et de la violence de certaines décisions, comme la mise en place de pensionnats autochtones. Des enfants de vos communautés ont été séparés de leurs parents, de leurs familles, de leurs nations, de leur langue et de leur culture. Plusieurs d’entre vous sont toujours atteints par d’importantes séquelles de ces années. La souffrance demeure bien présente au coeur de vos nations.

Par Mgr René Guay, Évêque du diocèse de Chicoutimi

Ces dernières semaines, la population entière du pays, et moi tout spécialement, avons été profondément touchés, même horrifiés, par la découverte d’un cimetière sur le terrain de l’ancien pensionnat autochtone de Kamloops, en Colombie-Britannique, où 215 enfants ont été ensevelis. En ce moment, des recherches se poursuivent en vue de faire la lumière sur la possible existence d’autres cimetières, liés à d’anciens pensionnats, dans différentes communautés autochtones. Ces pensionnats avaient été confiés par le gouvernement fédéral à des Églises chrétiennes, dont l’Église catholique qui, à son tour, les avait confiés à des communautés religieuses, afin d’en assurer la direction et les services.

Dans cette lettre, je veux exprimer, en mon nom personnel, ma très grande peine et ma profonde solidarité avec vous, soeurs et frères autochtones de toute la région, du Québec et du Canada, pour ce terrible drame. Il est le néfaste résultat d’un projet d’assimilation des peuples autochtones, qui a fait tant de victimes et qui a permis tant d’abus dans le passé. Au nom de l’Évangile, je dénonce ces abus et ces comportements contre la dignité de la personne humaine, dont plusieurs d’entre vous et leurs familles ont fait les frais. Cela est incompatible avec le message du Christ et l’enseignement de l’Église. Soyez assurés de mon soutien constant, dans toutes les démarches entreprises pour faire la vérité. Je demande aussi à toute la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean de bien prendre conscience de votre souffrance, de l’accueillir et de vous manifester leur solidarité en ces heures difficiles.

En cette Journée nationale des peuples autochtones, que le Seigneur, par l’intercession de sainte Kateri-Tekakwitha, vous bénisse. Qu’il vous soutienne dans toutes vos démarches sur le chemin de la vérité et de la véritable réconciliation. Nous sommes avec vous et nous désirons marcher fraternellement à vos côtés.

Au plaisir de vous revoir dans un proche avenir, je l’espère.

Bonne Journée nationale des peuples autochtones!