Carrefour des lecteurs

Le budget fédéral fait de nous des agriculteurs…

OPINION / Le ministre Morneau a livré un budget fédéral à saveur électorale comme plusieurs s’y attendaient. Un peu de tout pour tout le monde, incluant le domaine agroalimentaire. Le budget n’épate pas grand monde et en laisse plusieurs sur leur faim.

On s’attendait bien sûr à des compensations pour les filières du lait, des œufs et de la volaille. Les dédommagements offerts aux agriculteurs assujettis à la gestion de l’offre tournent autour de 4 milliards de dollars. Il s’agit en fait d’une somme identique à celle proposée par les conservateurs de Stephen Harper en 2015. À l’époque, après la signature du caduc partenariat transpacifique, maintenant connu sous le nom de Partenariat transpacifique global et progressiste (PTGP), les troupes d’Harper voulaient tendre la main aux agriculteurs affectés par le nouveau traité nouvellement signé. À la hâte, durant une campagne électorale qui ne finissait plus, le gouvernement Harper tentait d’acheter la paix, surtout auprès des Québécois, avant le vote de l’automne 2015. Les résultats n’ont guère convaincu. Bizarrement, l’équipe libérale fait à son tour exactement la même chose avec le plus récent budget.

Carrefour des lecteurs

Le civisme, il est où ?

OPINION / Il est où le civisme ? Existe-t-il encore le civisme ? Ou est-il disparu à jamais ? Pour ceux qui ne s’en souviennent plus, je me permets un petit rappel. Il y a cinq grandes catégories de comportements dans le civisme, soit la politesse, le respect d’autrui, la courtoisie, le savoir-vivre et la collaboration.

Permettez-moi un exemple d’un manque de respect. Vous avez certainement remarqué, tout comme moi, que beaucoup de gens ne retournent pas le panier utilisé pour transporter leurs achats à la voiture. Une fois les marchandises déposées dans la voiture, ils quittent tout en laissant le panier sur place. Est-il normal de laisser le panier vide sur place, plutôt que de le retourner aux endroits désignés ? La réponse est non ; c’est tout simplement un manquement au respect d’autrui.

Carrefour des lecteurs

Encore une déclaration sans fondement

Dans une entrevue sur une de nos radios locales, l’ex-maire de Saguenay donne son opinion sur la décision de la mairesse de Montréal d’enlever le crucifix à l’hôtel de ville.

Naturellement, il était contre et il a droit à son opinion. Toutefois, c’est quand il explique pourquoi il est contre que cela se corse.

Carrefour des lecteurs

Une complicité insupportable

OPINION / Des pans de boîtes de céréales-bonbons à l’avant-scène d’une épicerie pour séduire les enfants. Pendant qu’en arrière-plan sur le même plancher, un étalage de produits bio accessibles aux plus riches seulement nous vante les mérites d’une saine alimentation.

Quand au Québec, dans les années d’or du PQ, la ministre de la Consommation, Lise Payette, avait passé une loi pour en finir avec l’exposition des enfants à la pub des jouets à la télé durant les heures de programmation pour enfants, la grande majorité avait applaudi ce progrès.

Carrefour des lecteurs

Quel avenir pour le PQ?

OPINION / La performance électorale catastrophique et le saut dans le vide politique de Catherine Fournier accentuent la très forte pression qui s’exerce désormais sur le Parti québécois, questionne son avenir, voire remet en question son existence.

Depuis la défaite référendaire de 1995, le parti a été dérouté fréquemment par des louvoiements sur ses orientations, secoué par des crises internes et éprouvé par de déchirantes courses au leadership. On sentait de plus en plus venir la crise après la malhabile perte du pouvoir en 2014 du gouvernement Marois, le délit de fuite politique de PKP, et la stratégie électorale alambiquée du chef Lisée qui, en évacuant le référendum, a étouffé la ferveur de sa clientèle souverainiste.

Carrefour des lecteurs

Au cœur des forêts de la région

OPINION / Les questions entourant la protection du caribou forestier et du développement de l’industrie forestière régionale enflamment, polarisent et suscitent plusieurs interventions publiques. Nous en avons encore un exemple parfait depuis l’annonce de la « tournée caribou » du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs à la fin du mois de février dernier. Nous pouvons assister à des relances entre les groupes environnementaux d’un côté et les groupes patronaux, soutenus par une certaine frange syndicale affairiste, de l’autre. Les grand-es perdant-es, au centre de ce débat de sourds, sont bien entendu les travailleuses et travailleurs qui doivent vivre dans l’incertitude d’une industrie en transformation sans direction claire.

Pour l’avenir de l’industrie forestière et de notre région, nous devons nous élever au-dessus de la mêlée et revendiquer une sortie de crise durable et intelligente. Il ne sert à rien de se fermer les yeux sur certains enjeux environnementaux incontournables, tout comme il faut, impérativement, s’assurer que les travailleuses et travailleurs qui vivent actuellement de la forêt ne paient pas le prix de mauvaises décisions patronales ou gouvernementales. Les luttes environnementales entourant la question du caribou forestier ne doivent pas se conclure par des pertes d’emplois dans la région, tout comme la recherche de profits ne doit pas placer l’industrie forestière dans une position de non-retour environnemental qui ne bénéficierait à personne.

Opinions

Éloge de la diversité alimentaire

OPINION / L’auteur, Sylvain Charlebois, est professeur en distribution et politiques agroalimentaires à l’Université Dalhousie et directeur scientifique à l’Institut des Sciences analytiques en agroalimentaire.

Selon un récent sondage mené en février dernier, le Canada compte maintenant 466 000 véganes, ce qui équivaut environ à la population de la ville de Québec. Nous estimons qu’il y a un autre 18 % de personnes qui se proclament véganes depuis un an. Le nombre de végétariens atteint aussi un sommet, on en compte au-delà de 1,3 million au pays. En tout, près de 6,5 millions de consommateurs canadiens ont décidé de limiter ou d’éviter la consommation de viande, pratiquement 100 000 personnes de plus qu’en octobre. Encore une fois, ces chiffres impressionnent.

Carrefour des lecteurs

Consultation de 2002 sur le nom de Saguenay: les faits

OPINION / Voici quelques-unes des raisons pour lesquelles le Mouvement Chicoutimi, affirme que le processus de consultation utilisé en 2002, pour choisir le nom de la ville, était inapproprié. Malgré sa légalité il n’en demeure pas moins que ce processus a été truffé de vices de procédures et que tout avocat aurait pu facilement aller en appel si cela s’était déroulé devant un tribunal. Pour en savoir davantage, veuillez consulter notre site Web.

Dès le début de 2001, avant même le dépôt du projet de décret, la ministre Harel a décidé du nom suite au rapport de Me Pierre Bergeron mandaté pour identifier les éléments à considérer pour assurer une fusion sans heurts.

Carrefour des lecteurs

Matinée dominicale de pur bonheur

OPINION / Assister à un concert où se rencontrent un piano et un violon constitue pour moi une belle occasion d’apprécier l’œuvre d’un grand compositeur. Or, dimanche dernier, à la salle Pierrette-Gaudreault du Mont-Jacob à Jonquière, c’est au mariage parfait, pour le meilleur, que les deux instruments ont séduit une salle remplie à craquer pour entendre Michel Alexandre Broekaert, virtuose du piano, au toucher exceptionnel sous lequel la musique respire et s’épanouit ; alors que sa partenaire non moins remarquable, Nuné Melik, d’origine arménienne, au doigté magique et à la gestuelle fougueuse, mais gracieuse, s’exécutait généreusement sur un violon fabriqué au 19e siècle.

Deux fois plutôt qu’une, le tandem fusionnel a fait preuve d’une maîtrise peu commune en jouant la célèbre pièce du compositeur arménien Aram Khatchatourian : La danse du sabre. D’une ardente vitalité, cette pièce, pour ma part, fut le clou du spectacle ; son interprétation était taillée sur mesure pour le duo.