Les nouvelles des derniers jours relatives aux jeunes enfants et adolescents du Saguenay-Lac-Saint-Jean apportent leur lot de questions et d'inquiétudes sur les adultes de demain.

À propos des enfants

ÉDITORIAL / Si les enfants devenaient un de nos projets de société !
Dans cette ère de chambardements tous azimuts, il y a une chose qui ne devrait pas changer : le sentiment de bienveillance à l'égard des jeunes. Les nouvelles des derniers jours relatives aux jeunes enfants et adolescents du Saguenay-Lac-Saint-Jean apportent leur lot de questions et d'inquiétudes sur les adultes de demain.
L'actualité nous a servi des informations en trois temps sur la réalité des jeunes, lesquelles sont à la fois contradictoires et préoccupantes. Contradictoires parce qu'une étude conclut que nos jeunes vivent dans une aisance matérielle au-dessus de la moyenne canadienne, qui les place même deuxièmes au Québec en cette matière. Et préoccupante parce que des « adultes » ont manqué à leurs devoirs face à une clientèle vulnérable, a conclu un rapport commandé par la ministre Charlebois sur la Direction de la protection de la jeunesse du Saguenay-Lac-Saint-Jean. À cela s'ajoute un championnat peu enviable de la consommation d'alcool et de drogue à l'adolescence.
Réflexion
Pareilles informations peuvent inviter à la critique et au désespoir et même en essayant de relativiser, il en resterait un immense doute sur la capacité de parents et de certaines autorités. Certes, les fautes doivent être acheminées aux responsables, mais la situation n'est-elle pas propice à une plus large réflexion ?
Puisque qu'ils représentent l'avenir, entend-on à satiété, qu'ils sont ce qu'il y a de plus « précieux », qu'ils sont les ouvriers et les ouvrières, les professionnels et professionnelles de demain, les pères et mères, etc, pourquoi ne pas faire comme si c'était vrai !
En regard de l'actualité plutôt désavantageuse, il faut éviter les raccourcis en croyant que les enfants et les adolescents filent vers l'apocalypse. Il y a une majorité de parents, d'institutions officielles ou publiques et d'organisations à vocation culturelle, sportive et sociale qui réussissent très bien avec les enfants, mais il y aurait lieu de leur faciliter cette responsabilité, en s'accordant sur un certain nombre de valeurs et ne prenant pas de décision qui hypothéquera leur avenir.
Les enfants sont traités comme tout le reste : il s'en parle quand il y a une crise, comme un fait divers. Ou encore, pire, les élus font de la politique sur leur dos. D'ailleurs le changement dans les programmes d'enseignement en est un bel exemple. Arrêtons d'enlever des cours d'histoire pour en rajouter, de retirer des heures d'activité physique pour en remettre, de changer les méthodes d'enseignement du français pour en faire des utilisateurs à peine fonctionnels, etc. Peut-on savoir ce qui est bien pour qu'ils deviennent adultes avec des acquis utiles ?
L'éducation, l'environnement, la culture, les sports, la consommation et même l'économie devraient mettre, à différents degrés, le bien-être des enfants dans la balance pour aujourd'hui, bien sûr, mais surtout pour demain.
Volonté
Imaginez une approche environnementale en pensant aux enfants ! À l'élaboration de plans d'urbanisme d'une ville, aux lois sur les aliments, etc, le chantier serait vaste, mais pas irréalisable. Il y a déjà beaucoup d'argent, de ressources, d'énergie et de compétences qui leur sont consacrés, il suffirait d'une plus grande volonté.
C'est bien de les préparer au marché du travail, mais quand on réalise la montée de divers courants de pensée relativement au débat identitaire et à l'immigration, peut-on croire que l'éducation pourrait jouer un bien meilleur rôle ? Les outiller pour réfléchir, pour comprendre et prendre leurs propres décisions, leur donner accès à la culture dans son spectre le plus large, aux sports, c'est aussi du ressort de tous ceux qui ont des leviers entre les mains.
Les plus sages diront qu'il n'est pas nécessaire d'en faire autant, qu'il suffit de les aimer. Comme on dit parfois, la nature a besoin d'un petit coup de main...