Si une image vaut mille mots, encore faut-il savoir ce qu’elle signifie. Voici donc une liste non exhaustive de certifications que vous êtes susceptibles de rencontrer à la SAQ.

Les certifications du vin

Certaines contre-étiquettes sont plus bavardes que d’autres. Certaines racontent de jolies histoires et d’autres sont muettes comme une tombe. Chacun sa stratégie. D’autres encore troquent les mots pour l’image, nous permettant en un coup d’œil d’en savoir beaucoup sur la technique d’élaboration du vin et la philosophie du vigneron. Survol des certifications les plus souvent rencontrées sur les bouteilles.

Récemment, l’Agence France-Presse nous apprenait que le label AB gagnait du terrain en Champagne. AB pour Agriculture Biologique. Deux lettres qui demandent beaucoup de travail et une grande prise de risques. Seuls les vignerons qui réussissent à passer l’examen de l’Agence Bio se mériteront au final un collant AB sur leurs bouteilles.

Si une image vaut mille mots, encore faut-il savoir ce qu’elle signifie. Voici donc une liste non exhaustive de certifications que vous êtes susceptibles de rencontrer à la SAQ.

AGRICULTURE RAISONNÉE

Terra Vitis

Cette certification française garantit que le vin est issu d’une agriculture raisonnée. Ce n’est pas bio, mais basé sur les principes du développement durable : environnement, social et économie. Le vigneron attentif à sa vigne effectue un traitement qu’en ultime recours, lorsqu’il n’y a pas d’autres solutions pour garantir la récolte.

BIOLOGIQUE

AB

La certification AB désigne un vin provenant d’agriculture biologique. Le soufre et le cuivre, entre autres, remplacent ici les herbicides et pesticides chimiques dans les vignes.

Vin biologique

Logo biologique de l’Union Européenne certifiant que le vin est issu d’agriculture biologique (AB) et de vinification biologique. Cette certification existe depuis 2012.

Nature & Progrès

Une fédération de consommateurs et de professionnels bio. Pour en faire partie, un vigneron doit au préalable avoir obtenu sa certification d’agriculture biologique, puis suivre le cahier des charges en vinification bio de Nature & Progrès.

Biologique Canada

Logo attestant que le produit d’origine canadienne est issu d’agriculture et de vinification biologique.

BIODYNAMIE

Demeter

Demeter est la marque internationale de certification de l’agriculture biodynamique. Ce mode de culture reprend les pratiques agronomiques utilisées en bio et les complète en vivifiant le sol avec des préparations à base de plantes médicinales. Il utilise aussi les rythmes naturels solaires, lunaires et planétaires. Les cahiers des charges de la vigne et de la vinification sont plus stricts que ceux du bio puisqu’ils autorisent moins d’intrants. Ce logo certifie que les raisins et le vin sont biodynamiques. Le vigneron a aussi la possibilité de certifier uniquement sa vigne. Il pourra alors afficher la mention « vin issu de raisins Demeter ».

Biodyvin

Ce syndicat international des vignerons en culture biodynamique regroupe une centaine de vignerons en France, mais aussi en Allemagne, Italie, Portugal et Suisse.

ORGANISME DE CONTRÔLE ET DE CERTIFICATION

Ecocert

La certification de produits exige indépendance et impartialité. Pour ce faire, un organisme tiers est chargé de contrôler sur le terrain le respect des exigences définies dans les cahiers des charges des certifications (Demeter, Biodyvin, Biologique Canada, etc.). Il existe plusieurs autres organismes de certification, mais Ecocert est une référence mondiale dans la certification bio.

Notez que certains producteurs travaillant en bio et biodynamie n’affichent pas leurs couleurs sur leur étiquette.

Suggestions de la semaine

Salento 2015, Emporium Appassimento, Enoitalia (SAQ : 13 358 221 — 16,80 $)

Voici une bouteille pour découvrir ou redécouvrir la technique appassimento aussi appelée passerillage — procédé consistant à laisser les grappes sur les pieds de vigne afin que les raisins concentrent leurs arômes et leurs sucres naturels. 

Ça sonne familier à vos oreilles? C’est que l’amarone est aussi obtenu par passerillage. Ici, on a mis un terme à la fermentation avant la transformation totale des sucres en alcool. Résultat : 14 % et 16 g/l de sucres résiduels. Un peu bonbon au nez avec des notes de mûre, de caramel et de prune. La bouche est un peu mince et n’a pas la richesse du grand vin de la Vénétie, mais la bouteille est aussi au minimum deux fois moins dispendieuse. Douces affinités à prévoir avec un tofu marocain aux pruneaux.

Central Otago 2014, Rise & Shine, Kim Crawford (SAQ : 13 425 868 — 30 $)

Ce pinot noir est issu de la gamme Small Parcels de la maison néo-zélandaise bien connue pour son sauvignon blanc. Au nez, des arômes de tabac et d’orange sanguine. À la première lampée, on détecte une légère présence de gaz carbonique. C’est concentré, peu tannique et ça se boit drôlement bien. Pas donné, mais c’est un pinot noir et c’est bien fait. Servir frais à 15 ° C.

Vous avez des questions ou des commentaires? Écrivez-moi à caroline.chagnon@gcmedias.ca.