Dézippe-toi en avril!

CHRONIQUE / Vous avez le blues du temps gris? Ou pire encore, le blues des vins un peu beiges qui s’accumulent dans vos verres? Qu’à cela ne tienne, il y a une lueur d’espoir à l’horizon, une occasion en or de découvrir des vins qui sortent des sentiers battus et qui vous émanciperont de la binarité blanc/rouge.

Le samedi 28 avril prochain se tiendra à Montréal le salon des vins Le Printemps Dézippé (Des-IP [Importations privées], la pognes-tu?) au Marché Bonsecours de Montréal.

Une trentaine d’agences y débarqueront avec leurs coups de cœur d’inspiration estivale dénichés lors de leurs plus récents voyages. Il s’agit là également d’une superbe opportunité de découvrir des produits exclusifs et les nouvelles tendances de l’industrie du vin avant tout le monde. Autrement dit, de venir sentir ce qui se passera demain en SAQ.

Chacune y proposera une quinzaine de vins en importation privée, pour un potentiel d’environ 450 produits à découvrir. Des vins de petites productions, de vins biologiques et biodynamiques, des vins oranges, des rosés hors normes, beaucoup de bulles comme des pétillants naturels — Pet’Nat’ pour les intimes — ou des crémants à moins de 30 $. C’est donc votre chance de trouver des vins inusités qui vous sortiront de votre zone de confort. Une occasion rare de mettre la main sur des produits disponibles en très petite quantité, à aussi peu que 60 bouteilles parfois! On parle de 5 caisses de 12 ou de 10 caisses de 6 seulement! Il va sans dire que ce n’est pas demain matin à la SAQ qu’on les y trouvera.

Le plus beau, c’est qu’il sera possible de commander vos coups de cœur sur place et de les recevoir dans les 10 jours suivants, dès lors que le produit est disponible dans les entrepôts de la SAQ. Les commandes se font à la caisse, de 6 ou de 12, selon le produit. Habituellement les vins plus abordables sont offerts à la caisse de 12, tandis que les plus dispendieux sont disponibles à la caisse de 6. On passe donc sa commande directement au salon, auprès de l’agent concerné, et on paie les frais d’agence. Ensuite, la caisse sera livrée dans une SAQ près de chez vous, où vous pourrez aller la récupérer et régler la facture de votre achat, comme d’habitude. Simple comme bonjour!

C’est beaucoup une caisse? Pas si on y va avec les copains. Et comme il s’agit de vins sélectionnés par les agences en vue de la période estivale, avec tous les BBQ qui s’en viennent et les apéros chez les amis cet été, je ne serais pas trop inquiète si j’étais vous.

Cette année, pour la première fois, se tiendra un concours amateur de dégustation d’importation privée. Dix équipes d’amateurs non reliés au domaine du vin ou de la restauration s’affronteront lors d’une joute à l’aveugle dans laquelle elles devront déterminer la provenance, le millésime et le nom du producteur de 5 vins différents. Voilà qui devrait être plutôt amusant!

Le Printemps Dézippé se tiendra de 12 h à 19 au Marché Bonsecours de Montréal et s’adresse au grand public. Pour l’achat de billets, vous pouvez le faire en ligne sur le site web du Regroupement des Agences d’Importation Privée, raspipav.com, ou à la porte le jour J.

Sancerre 2016, La Chatellenie, Joseph Mellot (SAQ : 12 258 842 — 26,70 $)

Sancerre 2016, La Chatellenie, Joseph Mellot (SAQ : 12 258 842 — 26,70 $)

Le sancerre blanc (parce qu’on y produit aussi du rouge en très petite quantité!) étant exclusivement élaboré avec le sauvignon blanc, on y détecte des arômes variétaux de pamplemousses auxquels se joint une fine note de silex. En bouche, c’est une belle leçon d’élégance et de minéralité. L’acidité joue davantage dans le terrain de la fraîcheur que de la vivacité. Engagé dans le développement durable, le vignoble est mené en agriculture raisonnée.

Salento 2015, Masseria Supreno sangiovese merlot, Alma (SAQ : 13 227 116 — 18,50 $)

Salento 2015, Masseria Supreno sangiovese merlot, Alma (SAQ : 13 227 116 — 18,50 $)

Le sangiovese, cépage toscan par excellence, donne ici une tout autre expression dans Les Pouilles, le talon de la botte italienne. Produit sous l’IGT Salento, il forme un duo plutôt étonnant avec le merlot (20 %). C’est très particulier et pas pour tout le monde, vous aurez été averti! Difficile d’être insensible à ses arômes de balsamique, de chocolat et de raisins de Corinthe qui se diffusent dans un rayon d’un mètre à la ronde. À croire qu’il est un proche parent du vin doux naturel ou du porto. En bouche, par contre, la sucrosité, beaucoup plus basse (8 g/l), côtoie une texture ronde et des tannins caressants. Joli!


Vous avez des questions ou des commentaires? Écrivez-moi à
caroline.chagnon@gcmedias.ca.